Jean-Claude Westermann: «Si on n'avait rien fait, ç'aurait été pire»

©2006 20 minutes

— 

Jean-Claude Westermann, directeur régional des affaires sanitaires et sociales (Drass).

Une quinzième personne est morte du Clostridium difficile. Vingt-neuf nouveaux cas ont aussi été recensés. Où en est l'épidémie ?

L'infection nosocomiale n'est pas enrayée. Il n'y a aucun mystère : il y aura de nouveaux cas, de nouveaux établissements concernés. Mais si on n'avait rien fait, la situation aurait été pire.

Pensez-vous que l'épidémie s'étendra à d'autres départements ?

C'est une probabilité évidente. Pour l'instant, nous ne savons pas comment elle passe d'un établissement à l'autre. Une enquête de police est en cours. Nous avons des soupçons mais aucune preuve.

Les mesures prises sont-elles suffisantes ?

Cette souche résiste aux nouvelles procédures. Mais nous continuons à travailler. Il faut nous faire confiance. Tout est mis en oeuvre pour contenir le problème. Aucun nouveau cas n'a été recensé à Valenciennes. Ça, c'est un bon signe pour la suite.

Recueilli par Vincent Vantighem