LILLE - Il en avait marre de se faire appeler « biloute »

— 

Traiter en permanence un collègue de travail de « biloute » peut justifier un licenciement. Ainsi en a décidé la cour d'appel de Douai en novembre 2005. A l'époque, le film Bienvenue chez les ch'tis n'avait pas encore vulgarisé ce terme nordiste. Deux avocats, Yves Nicol et Eric Rocheblave, spécialisés en droit du travail, ont récemment exhumé cette décision cocasse dans leur blog. La cour ne considère pas « biloute » comme une insulte à caractère sexuel. Cependant, le plaignant estimait avoir été harcelé, ayant demandé maintes fois que son collègue cesse de l'appeler ainsi. Le supérieur hiérarchique avait d'ailleurs rappelé à l'ordre l'auteur des « biloute ». C'est pour avoir continué malgré tout qu'il a été licencié. « Biloute est un terme plutôt affectueux », estime le linguiste Jacques Landrecies.G. D.