Un avenir pour les moins diplomés

Gilles Durand

— 

Les missions locales sont déjà sollicitées.
Les missions locales sont déjà sollicitées. — M.Libert / 20 Minutes

En attendant les emplois, les missions locales ont du travail. La préfecture a présenté, cette semaine, le dispositif « emploi d'avenir » (voir encadré) qui doit permettre l'embauche, l'an prochain, de 7 650 personnes de moins de 24 ans faiblement diplômées, dans la région. Le 19 novembre, le ministre du Travail, Michel Sapin, a prévu de se rendre à Lille pour signer les premiers engagements. D'ici là, les missions locales sont chargées de démarcher les structures susceptibles d'embaucher. « Il faut trouver rapidement des contrats à signer », souligne-t-on dans une mission locale de la métropole. Le dispositif vise avant tout le secteur d'activité non-marchand : médico-social, culturel, social, tourisme, loisirs ou aide à la personne.

Les premiers engagements
Le réseau de l'économie sociale et solidaire montre d'ores et déjà son intérêt. « Nous mobilisons nos membres pour réfléchir aux modalités de mise en œuvre, notamment sur les actions de formation et l'accompagnement pour ces jeunes », précise la chambre régionale de l'Economie sociale et solidaire, qui organise, le 29 novembre, une réunion d'information sur la thématique des emplois d'avenir. Le réseau de l'insertion a déjà pris des engagements. « Un accord-cadre a déjà été signé au niveau national pour proposer 500 postes », précise Michelle Acquart, présidente du Coorace Nord, fédération de structures d'insertion. Une aubaine pour ces associations qui s'occupent de personnes ayant du mal à retrouver un emploi. « La réussite passera par une rigueur sur les plans de formation », note Michelle Acquart.

Dispositif

C'est le retour des emplois jeunes avec un volet formation renforcé. L'état prend en charge 75 % du salaire pendant 3 ans. Les 25 % restant seront réglés par la région. Ce dispositif complétera celui des contrats aidés, dont 50 000 ont été signées cette année, dans la région.