Qui va garder les enfants ?

Gilles Durand

— 

Le centre de loisirs de Fives, en février 2011, va ouvrir deux jours de plus.
Le centre de loisirs de Fives, en février 2011, va ouvrir deux jours de plus. — M.Libert / Archives 20 Minutes

Des vacances qui se transforment en casse-tête. Certaines communes de l'agglomération lilloise ont choisi de ne pas assurer l'accueil des enfants sur l'ensemble des congés de la Toussaint, lesquels démarrent samedi. Motif : la décision de rallonger les vacances de deux jours a été prise trop tardivement. C'est le cas, notamment de la communauté de communes du pays de Pévèle, qui a décidé de n'ouvrir les centres qu'une semaine. Contactée pour expliquer sa décision, la collectivité n'a pas donné suite.

Un surcoût de 23 000 €
A Hem, on va finalement assurer en totalité le service d'accueil, « pour ne pas pénaliser les familles », explique Véronique Six, directrice Education jeunesse à Hem. Coût supplémentaire pour la ville : 23 000 €, dont 70 % pris en charge par la Caisse d'allocations familiales. « Les parents aussi ont été pris de court. Les centres vont recevoir plus de monde que d'habitude », note Véronique Six. Même surcoût à Lille. « Sur l'année, ces deux jours ne font pas une énorme différence. Aux vacances de Toussaint et de Noël, traditionellement, on accueille moins d'enfants », remarque Véronique Bacle, élue (PS) chargée de la politique périscolaire à Lille. La crainte des mairies se focalise désormais sur les nouveaux rythmes scolaires. Une loi doit être votée le mois prochain pour la rentrée 2013.