LILLE - Les rythmes scolaires sacrifiés sur l'autel budgétaire ?

— 

La volonté de réformer les rythmes de la vie scolaire est née avec la publication d'un rapport parlementaire sur le sujet en 2010. Les implications financières pour les communes y sont évoquées avec l'exemple de la ville d'Epinal (34 000 habitants). Le dispositif a coûté 1,7 million d'euros par an pour 11 écoles. Un budget impossible à assumer pour certaines communes. En Finlande, pays réputé comme un modèle en matière de réussite scolaire, l'Etat ne finance en moyenne que 57 % des coûts de fonctionnement de l'enseignement, le reste étant pris en charge par les communes. Néanmoins, ce pays considère que l'organisation du temps scolaire n'est pas le facteur de réussite, mais qu'il s'agit plutôt de la qualité de l'encadrement pédagogique et du fait de s'attaquer très tôt à la difficulté scolaire.G. D.