Achetées pour cambrioler

Gilles Durand

— 

Le butin était conséquent.
Le butin était conséquent. — DR

Les cambriolages étaient assurés par des jeunes femmes achetées en Serbie. La gendarmerie de Lille a annoncé, samedi, la mise en examen de douze personnes et l'emprisonnement sous mandat de dépôt de huit d'entre elles, après avoir démantelé une organisation criminelle internationale présumée. Ces personnes sont suspectées de traite des êtres humains en bande organisée et de vol ou tentative de vol en bande organisée.

Violences physiques
Le réseau s'était constitué « autour d'une famille qui achetait et hébergeait des jeunes filles et leur fournissait des moyens en vue de commettre des cambriolages », souligne les gendarmes du groupe d'enquête de la section de recherches de Lille. Ces jeunes femmes étaient achetées et revendues selon leur niveau d'expérience dans les cambriolages. Certaines d'entre elles pouvaient subir des violences physiques.
Depuis près de dix mois, l'enquête portait sur de nombreux cambriolages avec vols de bijoux et de pièces d'or dans la région lilloise. Les premières investigations ont permis d'identifier deux jeunes filles d'origines des pays de l'Est et de soupçonner l'existence d'un réseau particulièrement bien implanté qui semblait sévir aussi en Belgique et en Allemagne. « L'enquête patrimoniale a alors révélé a possession, chez certaines personnes soupçonnées, de voitures allemandes de grosses cylindrées, de biens immobiliers et de terrains », souligne la gendarmerie. L'Office central de lutte contre la délinquance itinérante était saisi de l'affaire.
Mardi dernier, une opération a permis l'arrestation de seize personnes sur la région lilloise (notamment à Ronchin), en Belgique et en Allemagne. Trois autres font l'objet d'un mandat européen. Des bijoux en or, des montres et des objets de luxe ainsi que des véhicules de grosses cylindrées ont également été saisis.

Avoirs criminels

La juridiction inter-régionales spécialisées (JIR) de Lille a travaillé sur le volet délinquance financière de cette affaire. Des voitures, terrains et biens immobiliers vont faire l'objet de saisies confiscation en tant qu'avoirs criminels.