20 Minutes : Actualités et infos en direct
enquêteSi vous êtes concernés par la fuite de données, portez plainte en ligne

Piratage de données de santé : Les Français concernés peuvent porter plainte en ligne

enquêtePlus de 33 millions de Français sont concernés par la fuite de données après les cyberattaques subies par les opérateurs de tiers payant, Viamedis et Almerys
Une patiente récupère sa carte vitale lors d'une consultation médicale (image d'illustration).
Une patiente récupère sa carte vitale lors d'une consultation médicale (image d'illustration). - Baleydier/SIPA / /SIPA
Cécile De Sèze

C.d.S

Si vous avez été récemment contacté par Viamedis, Almerys ou votre mutuelle, vous êtes très probablement concerné par la fuite de données personnelles qui touche plus de 33 millions de Français, selon les estimations de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés).

Pour les personnes touchées, il est désormais possible de porter plainte en ligne grâce au formulaire mis en ligne sur le site Cybermalveillance par les autorités. En cliquant sur ce lien, vous aurez accès au document qu’il suffit de remplir « de façon numérique », précise la direction de la police judiciaire de la préfecture de police de Paris qui insiste sur le fait que « les formulaires renseignés de façon manuscrite ne pourront pas être pris en compte ».

Envoi par mail ou par courrier

Une fois toutes les cases du formulaire renseignées, il vous suffit de cliquer sur ce lien : https://francetransfert.numerique.gouv.fr/upload et de mettre dans la partie « destinataire » l’adresse : plainte-befti@interieur.gouv.fr. Vous pouvez également imprimer le formulaire de plainte et l’envoyer par courrier à Direction de la Police Judiciaire PP, BL2C 2024/030, 36 rue du Bastion, 75017 Paris.

La fuite est susceptible de concerner notamment les données d’identité (nom, prénom, date de naissance), le numéro de Sécurité sociale, le nom de l’assureur santé qui a informé ses assurés. Une enquête pour « atteintes à des systèmes de traitement automatisé de données, collecte frauduleuse de données à caractère personnel et recel de bien provenant d’un délit » a été confiée à la brigade de lutte contre la cybercriminalité, précise la préfecture.

Sujets liés