20 Minutes : Actualités et infos en direct
procesPrison avec sursis pour avoir divulgué les coordonnées du policier impliqué

Mort de Nahel : Prison avec sursis pour avoir divulgué les coordonnées du policier impliqué

procesLe 2 juillet dernier, un Angevin de 36 ans avait partagé une publication sur le réseau social TikTok dans laquelle figuraient le nom et l’adresse de ce policier.
La mort de Nahel, 17 ans, le 27 juin dernier avait déclenché une vague de violences urbaines dans le pays.
La mort de Nahel, 17 ans, le 27 juin dernier avait déclenché une vague de violences urbaines dans le pays.  - Telmo Pinto  /  Sopa Images/Sipa
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Un Angevin de 36 ans a été condamné mercredi par le tribunal correctionnel à une peine de dix mois de prison avec sursis pour avoir partagé une publication donnant les coordonnées du policier mis en cause dans la mort de Nahel, fin juin. Le 2 juillet dernier, le prévenu avait partagé une publication sur le réseau social TikTok dans laquelle figuraient le nom et l’adresse de ce policier.

La mort de Nahel, 17 ans, le 27 juin dernier avait déclenché une vague de violences urbaines dans le pays. Le policier a été mis en examen pour homicide volontaire. Il est actuellement placé sous contrôle judiciaire, après avoir passé cinq mois en détention provisoire.

« De la haine et de la colère »

Grâce à un signalement sur la plateforme Pharos, un site gouvernemental permettant de signaler les contenus illicites en ligne, et à des investigations techniques, les services de police sont parvenus à identifier le prévenu, interpellé en septembre dernier. Placé en garde à vue, l’homme avait reconnu les faits reprochés et expliqué avoir agi sous le coup « de la haine et de la colère ». Il avait assuré ne pas être l’auteur du message et l’avoir simplement reposté, « sans réfléchir aux conséquences ». Il était absent à l’audience.

Pour l’avocate du policier et de sa compagne, Me Morgane Cadouret, cette divulgation « a été un désastre pour cette famille. Des gens rôdaient près de chez eux. Madame a été obligée de quitter son domicile en urgence ». « Avec le partage de ce message, le prévenu a donné les moyens aux plus déterminés de se rendre à cette adresse et de faire ce qu’il leur plairait de faire à une femme et un enfant de cinq ans », a-t-elle affirmé. L’avocat de la défense, Me Jean-Noël Bouillaud, a pointé « l’immaturité » de son client.

4.500 euros aux parties civiles

Le procureur de la République avait requis une peine de six mois de prison avec sursis contre le trentenaire au casier judiciaire vierge. Reconnu coupable de menace de crime à l’encontre d’un dépositaire de l’autorité publique et divulgation d’information permettant d’identifier ou de localiser une personne dépositaire de l’autorité publique, l’homme a été condamné à dix mois de prison avec sursis. Il devra également verser 4.500 euros aux parties civiles.

Sujets liés