20 Minutes : Actualités et infos en direct
libertéUne famille condamnée pour avoir séquestré sa fille qui voulait s’émanciper

Nantes : Une famille condamnée pour avoir séquestré la fille benjamine qui voulait s’émanciper

libertéÂgée de 19 ans, la jeune femme avait fui le domicile familial et la promesse d’un mariage forcé avec un Tunisien
Une famille a été reconnue coupable d'enlèvement de la fille benjamine par le tribunal correctionnel de Nantes. La victime voulait vraisemblablement échapper à un mariage forcé.
Une famille a été reconnue coupable d'enlèvement de la fille benjamine par le tribunal correctionnel de Nantes. La victime voulait vraisemblablement échapper à un mariage forcé. - F. Brenon/20Minutes / 20 Minutes
Camille Allain

C. A.

Elle avait témoigné de son calvaire par la voix d’un proche. Âgée d’une vingtaine d’années, cette femme domiciliée à Nantes (Loire-Atlantique) avait décidé de quitter sa famille qui semblait vouloir lui imposer un mariage forcé avec un Tunisien. Cette famille française d’origine tunisienne était jugée mercredi et jeudi devant le tribunal correctionnel de Nantes pour avoir enlevé et séquestré la jeune femme, benjamine de la famille.

Étudiante en BTS, la jeune femme avait été enlevée par sa propre famille un jour de mai 2021 alors qu’elle se trouvait non loin de l’appartement de son petit ami. La voiture de son frère avait été identifiée et la victime avait pu être retrouvée à Saint-Herblain, enfermée dans une pièce du domicile familial. Avant cela, elle avait plusieurs fois décidé de s’émanciper, notamment lors d’un séjour Erasmus aux Pays-Bas. A son retour, sa famille avait voulu lui imposer un test de virginité, ce qu’elle avait refusé. A plusieurs reprises, ses frères avaient tenté de l’enlever alors qu’elle passait ses examens de fin d’études.

La famille voulait « la protéger »

Jeudi, la jeune femme n’était pas présente à l’audience, ne souhaitant pas revoir sa famille, rapporte Ouest-France. À la barre, sa mère âgée de 60 ans et quatre de ses enfants ont nié les faits, expliquant avoir voulu « protéger » la jeune femme. Ils ont été condamnés pour enlèvement, séquestration et détention arbitraire.

Quatre prévenus écopent de dix-huit mois de prison, dont quatorze mois avec sursis, précise le quotidien. Le cinquième prévenu a écopé d’un an de prison, dont huit mois avec sursis.

Sujets liés