20 Minutes : Actualités et infos en direct
dangerUne Américaine à la grossesse très risquée poursuit le Texas afin d’avorter

Etats-Unis : Une femme de 31 ans à la grossesse très risquée poursuit le Texas afin d’avorter

dangerSelon les médecins, la vie et la fertilité de cette Américaine sont menacées par sa grossesse
Manifestation en faveur du droit à l'avortement et à la pilule abortive le 15 mars 2023 à Amarillo, Texas (Etats-Unis). (illustration)
Manifestation en faveur du droit à l'avortement et à la pilule abortive le 15 mars 2023 à Amarillo, Texas (Etats-Unis). (illustration) - David Erickson/AP/SIPA / Sipa
20 Minutes avec agences

20 Minutes avec agences

Une Américaine de 31 ans a lancé mardi une action en justice contre l’Etat du Texas pour exiger de pouvoir avorter. Selon les médecins, la vie et la fertilité de cette femme sont menacées par sa grossesse, mais le Texas interdit toutes les IVG sauf rares exceptions. Selon la plainte, Kate Cox a appris la semaine dernière que son fœtus était atteint de trisomie 18, ce qui signifie qu’il risque de mourir in utero.

Même si la grossesse va à son terme, la probabilité que le bébé soit mort-né ou meure quelques jours plus tard est élevée. Des échographies ont révélé que le fœtus présentait notamment des anomalies à la colonne vertébrale et à l’abdomen et que le développement de son crâne et de son cœur était anormal.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

« L’Etat du Texas nous fait souffrir tous les deux »

Mais en raison de la loi au Texas, Kate Cox ne peut avorter. Selon la plainte déposée en son nom par l’association spécialisée Center for Reproductive Rights (Centre pour les droits reproductifs), ses médecins lui ont dit avoir « les mains liées » et qu’elle doit attendre que le bébé meure dans son ventre.

En raison de césariennes antérieures, le déclenchement du travail après la mort du fœtus comporte un risque élevé de rupture de l’utérus, ce qui pourrait la tuer ou l’empêcher de tomber enceinte à l’avenir si une hystérectomie est nécessaire. « J’essaie de choisir la meilleure option pour mon bébé et moi-même, mais l’Etat du Texas nous fait souffrir tous les deux », a dit Kate Cox. « Je ne veux pas que la douleur et la souffrance qui ont marqué cette grossesse se poursuivent ». La gynécologue obstétricienne Damla Karsan est coplaignante et dit être prête à mettre fin à la grossesse si la justice le permet.

A l’été 2022, la Cour suprême des Etats-Unis a cassé son arrêt Roe v. Wade, qui garantissait depuis un demi-siècle le droit fédéral des Américaines à interrompre leur grossesse. Le Texas a interdit toutes les IVG, y compris en cas d’inceste ou de viol. Seule exception : en cas de danger de mort ou de risque de grave handicap pour la mère. Mais les défenseurs du droit à l’avortement affirment que les exceptions sont trop floues.

La Cour suprême du Texas a entendu la semaine dernière les arguments dans une affaire portée par deux médecins et une vingtaine de femmes à qui des avortements avaient été refusés malgré de sérieuses complications, parfois potentiellement mortelles.

Sujets liés