20 Minutes : Actualités et infos en direct
ENQUêTEAprès la mort d’un supporteur du FC Nantes, le déroulé du drame se précise

Rixe, couteau, vidéo… Après la mort d’un supporteur du FC Nantes, le déroulement du drame se précise

ENQUêTEAprès la mort d’un supporteur nantais, samedi, deux chauffeurs de VTC vont être déférés ce lundi soir, dont le principal suspect soupçonné d'« homicide volontaire ». Le point sur l’enquête
Mise en examen pour homicide volontaire après la mort d'un supporter de foot à Nantes
Julie Urbach

Julie Urbach

L'essentiel

  • Samedi soir avant la rencontre de foot FC Nantes-Nice, un supporteur des Canaris a été mortellement poignardé lors d’une rixe impliquant « de nombreux individus ».
  • Deux chauffeurs VTC, dont un homme de 35 ans soupçonné d’avoir frappé la victime de deux coups de couteau, sont « en cours de défèrement ».
  • « Les éléments constitutifs à la légitime défense ne sont pas réunis », selon le procureur de la République de Nantes Renaud Gaudeul.

Près de 48 heures après la mort d’un supporteur du FC Nantes de 31 ans, mortellement poignardé non loin du stade de la Beaujoire samedi soir avant la rencontre Nantes-Nice, le scénario du drame se précise. Un chauffeur VTC a été mis en examen pour homicide volontaire et placé en détention provisoire dans la soirée, a annoncé le parquet. Un deuxième chauffeur de VTC a, lui aussi, été mis en examen pour violences volontaires et altération de preuves, a précisé le procureur de la République de Nantes, Renaud Gaudeul, lundi soir.

Que s’est-il passé ?

Samedi, à 20h04, les services de police sont informés qu’un homme gît au sol non loin du Saint-Georges, un bar où certains fans du FC Nantes, et notamment les membres de la Brigade Loire, ont l’habitude de se retrouver avant les matchs. Quelques instants auparavant, une rixe impliquant « de nombreux individus » venait d’éclater dans la rue après qu’un convoi d’au moins six voitures VTC, transportant des fans de l’OGC Nice se rendant au stade depuis le centre-ville, est passé à proximité.

C’est dans ce contexte que la victime, un « supporteur de longue date du FCN », sera touchée à deux reprises à l’arme blanche par un chauffeur VTC et décédera quelques instants plus tard. « L’autopsie réalisée en début d’après-midi confirme la présence de deux blessures au niveau du dos, l’une à l’épaule et l’autre au thorax. La section de l’aorte est à l’origine du décès », indique ce lundi soir Renaud Gaudeul.

Dans quelles circonstances les coups de couteau ont-ils été portés ?

Le suspect, un chauffeur âgé de 35 ans, s’est présenté dans la nuit de samedi à dimanche au commissariat de Nantes. Lors de sa garde à vue, il a reconnu « avoir porté au moins un coup de couteau » mais explique qu’il n’était pas le propriétaire de l’arme. Indiquant qu’il essayait de se défendre, « il aurait porté des coups circulaires » et c’est là qu’il aurait touché sa victime.

Une version qui ne colle pas avec des images vidéo de la scène ensuite saisies par les enquêteurs : « elles montrent que l’intéressé serait sorti de son véhicule, aurait brandi une arme, repoussé un individu qui serait tombé au sol avant que ne lui soit porté le premier coup », détaille le procureur. La victime se serait ensuite relevée pour fuir, avant d’être frappée une deuxième fois. « Les éléments constitutifs à la légitime défense ne sont pas réunis », affirme Renaud Gaudeul.

Quels sont les autres volets de l’affaire ?

Le suspect, qui porte quatre mentions sur son casier judiciaire, a été mis en examen lundi soir, a annoncé le parquet. Il est aussi poursuivi dans cette affaire pour « extorsion avec arme ». Car après la violente rixe, il serait reparti vers le centre-ville avec trois supporteurs niçois à bord et les aurait obligés à retirer environ un millier d’euros en espèces pour réparer son véhicule, pris à partie dans la bagarre.

Un second suspect a également été mis en examen pour altération de preuves afin de faire obstacle à la manifestation de la vérité, mais aussi pour violences volontaires. Il s’agit d’un deuxième chauffeur VTC âgé de 24 ans qui se trouvait dans le convoi. Equipé d’un système d’enregistrement vidéo sur sa voiture, il aurait fourni une bande qui avait été effacée. Mais ces fameuses images, que les enquêteurs ont donc pu exploiter, ont été retrouvées sur une carte mémoire lors d’une perquisition à son domicile.

Pourquoi l’enquête risque-t-elle d’être longue ?

De nombreuses zones de flou demeurent autour de cette affaire, alors que le couteau en céramique n’a pas été retrouvé et qu’on ne sait pas pourquoi les supporteurs niçois avaient pris ce trajet ce soir-là, malgré un arrêté préfectoral les interdisant de paraître dans ce secteur. Le procureur indique aussi avoir demandé l’ouverture d’une enquête pour « violences aggravées » afin de faire également la lumière sur les violences reprochées aux supporteurs nantais. Aucune interpellation n’a eu lieu dans ce cadre.

Sujets liés