20 Minutes : Actualités et infos en direct
FOOTBALLYoucef Atal jugé pour « provocation à la haine » après sa story sur le conflit

Guerre Hamas-Israël : Le footballeur niçois Youcef Atal sera jugé pour « provocation à la haine » après sa story

FOOTBALLPlacé en garde à vue jeudi, l’international algérien a été déféré ce vendredi au parquet. Il a été placé sous contrôle judiciaire en attendant sa convocation devant le tribunal correctionnel de Nice le 18 décembre prochain
Youcef Atal, ici en 2019
Youcef Atal, ici en 2019 - AFP / AFP
Fabien Binacchi

F.B.

L'essentiel

  • Visé par une enquête préliminaire après une publication liée au conflit entre Israël et le Hamas, Youcef Atal sera jugé le 18 décembre devant le tribunal correctionnel pour « des faits de provocation à la haine à raison de la religion ».
  • Placé en garde à vue jeudi, le footballeur de l’OGC Nice avait partagé sur Instagram une vidéo montrant un prédicateur palestinien appelant à « un jour noir pour les juifs ».
  • Le club azuréen avait annoncé suspendre le joueur « jusqu’à nouvel ordre » et la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) lui avait infligé sept matchs de suspension.

La vidéo partagée par le joueur de l’OGC Nice sur Instagram montrait un prédicateur palestinien appelant à « un jour noir pour les juifs ». Visé par une enquête préliminaire après cette publication liée au conflit entre Israël et le Hamas, Youcef Atal sera jugé le 18 décembre devant le tribunal correctionnel pour « des faits de provocation à la haine à raison de la religion », a appris 20 Minutes auprès du procureur de la République de Nice. Placé en garde en vue jeudi, il a été déféré ce vendredi au parquet.

Remis en liberté, le défenseur international algérien « a été placé sous contrôle judiciaire avec l’interdiction de quitter le territoire national sauf pour des raisons liées à son activité de footballeur professionnel », précise le procureur Damien Martinelli. Il a également « l’obligation de s’acquitter d’un cautionnement de 80.000 euros sous quinze jours ».

« Appels à la violence »

Mi-octobre, Youcef Atal, 27 ans, avait rapidement supprimé sa publication et présenté des excuses mais la justice, saisie par le préfet et le maire de Nice, décidaient du lancement d’une enquête notamment ouverte pour « apologie du terrorisme ». Le club azuréen avait annoncé dans la foulée suspendre le joueur « jusqu’à nouvel ordre ». La commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) lui avait également infligé sept matchs de suspension.

La story Instagram, dans laquelle Youcef Atal partageait une vidéo du cheikh Mahmoud al-Hasanat, constituait des « appels à la violence » selon le président de la FFF Philippe Diallo. Le prédicateur palestinien y demandait notamment à Dieu « d’accompagner la main » des habitants de Gaza « s’ils jettent la pierre ».

Une plainte du Crif

« J’ai conscience que ma publication a choqué plusieurs personnes, ce qui n’était pas mon intention et je m’en excuse », avait réagi le joueur sur le même réseau social. Il a aussi précisé vouloir « clarifier [son] point de vue sans aucune ambiguïté : je condamne fermement toutes formes de violence, où que ce soit dans le monde, et je soutiens toutes les victimes ». « Jamais je ne soutiendrai un message de haine. La paix est un idéal auquel je crois fermement », avait-il conclu.

Le Conseil représentatif des institutions juives de France dans le sud-est avait déposé plainte, estimant que les propos relayés pouvaient être « constitutifs d’une incitation à la haine ».

Sujets liés