20 Minutes : Actualités et infos en direct
ENQUETEUne enquête après des tracts antisémites, racistes et homophobes à Belfort

Belfort : La police à la recherche des distributeurs de tracts antisémites, racistes et homophobes

ENQUETEUne enquête a été ouverte après la distribution la semaine dernière de dizaines de tracts antisémites, homophobes et racistes dans des boîtes aux lettres d’un quartier de Belfort
Illustration. Un véhicule de la police nationale
Illustration. Un véhicule de la police nationale - Clément Follain / 20 Minutes / 20 Minutes
Gilles Varela

G.V. avec AFP

Plusieurs dizaines de tracts antisémites, racistes et homophobes ont été distribuées la semaine dernière dans le quartier de la Miotte, à Belfort. Certains ont été apportés par trois habitants au maire (LR), Damien Meslot, qui s’est dit « horrifié » par ces agissements. « J’ai l’impression de revenir quatre-vingts ans en arrière, cela me fait froid dans le dos. J’espère que le ou les auteurs seront sévèrement jugés. Je ne souhaite pas que de telles propagandes circulent à Belfort », a poursuivi l’élu. Des lettres où apparaissent des croix gammées et un aigle nazi stylisé, qui appelaient à « rétablir la domination de la race blanche ».

L’élu précise qu’il y aurait eu, la semaine dernière, plusieurs dizaines de ces tracts antisémites, homophobes et racistes distribués dans les boîtes aux lettres de sa commune. Une enquête a été ouverte, a indiqué mardi Jessica Vonderscher, procureure de la République à Belfort, confirmant alors une information de l’Est Républicain.

Sur le tract, un lien et un QR code renvoient vers le réseau social Gab, un réseau similaire à X (ex-Twitter) très prisé des franges ultra-conservatrices et des soutiens de Donald Trump aux Etats-Unis. Une dizaine d’indications détaillées expliquent la marche à suivre pour la distribution de ces tracts sans se faire remarquer. « Allez et faites des disciples », encourage ce document publié par le groupuscule d’extrême droite Démocratie Participative.

Pour le moment, il semble que la distribution ait été « très localisée », selon la procureure de la République. « L’enquête est classée prioritaire mais nous avons du mal à avoir des empreintes », explique-t-elle. La procureure recommande aux habitants de ne surtout pas toucher les tracts s’ils en reçoivent encore et d’appeler immédiatement les forces de l’ordre, qui viendront les récupérer.

Sujets liés