20 Minutes : Actualités et infos en direct
INTERPELLATIONLe frère de Mohamed Lamine Aberouz en garde à vue pour menaces de mort

Attentat de Magnanville : Le frère de Mohamed Lamine Aberouz en garde à vue pour menaces de mort contre un avocat

INTERPELLATIONCharaf-Din Aberouz a proféré des menaces à l’encontre de l’avocat Thibault de Montbrial, qui défendait la famille de Jessica Schneider, assassinée en 2016 à Magnanville
Un policier municipal devant une photo des policiers assassinés Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, lors d'un hommage à Pezenas le 20 juin 2016.
Un policier municipal devant une photo des policiers assassinés Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider, lors d'un hommage à Pezenas le 20 juin 2016. - SYLVAIN THOMAS / AFP
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Charaf-Din Aberouz a une nouvelle fois affaire avec la police. Celui dont le frère cadet Mohamed Lamine Aberouz a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour complicité dans l’assassinat d’un couple de policiers à Magnanville (Yvelines) en 2016, a vu sa garde à vue pour menaces de mort à l’encontre d’un avocat prolongée, a indiqué samedi soir le parquet de Paris.

Agé de 37 ans, il a été interpellé samedi puis « placé en garde à vue pour menaces de mort » à l’encontre de l’avocat Thibault de Montbrial, qui défendait la famille de l’agente administrative tuée dans l’attentat, Jessica Schneider, a précisé le parquet confirmant une information du Journal du dimanche. Ces menaces ont été proférées à la sortie d’une audience du procès de son frère, commencé le 25 septembre et qui s’est achevé mercredi.

Sur les bancs du public lors du procès de son cadet

Charaf-Din Aberouz a suivi avec assiduité sur les bancs du public le procès de son cadet, âgé de 30 ans. Condamné à la réclusion criminelle à perpétuité avec une peine de sûreté de 22 ans, Mohamed Lamine Aberouz a décidé de faire appel et sera donc rejugé.

Proche de Larossi Abballa, qui avait assassiné le couple de policiers au nom de l’organisation Etat islamique avant d’être abattu, Charaf-Din Aberouz avait dans un premier temps été mis en examen pour association de malfaiteurs terroriste dans le cadre de cette affaire, avant de bénéficier d’un non-lieu.

Connu des services antiterroristes, Charaf-Din Aberouz a déjà été condamné à cinq ans de prison pour association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un acte terroriste après avoir tenté de rejoindre en 2011 un camp d’entraînement d’Al-Qaida dans les zones tribales du Pakistan.

Sujets liés