20 Minutes : Actualités et infos en direct
violencesLe rappeur Maes, installé à Dubaï, est visé par un mandat d’arrêt

Le rappeur Maes, installé à Dubaï, est visé par un mandat d’arrêt après une agression

violencesL’artiste devait comparaître mardi devant le tribunal correctionnel de Paris mais ne s’est pas présenté à l’audience
Le rappeur Maes ne s'est pas présenté à son procès.
Le rappeur Maes ne s'est pas présenté à son procès. - Capture YouTube Maes - Fetty Wap / YouTube
20 Minutes avec agences

20 Minutes avec agences

Un mandat d’arrêt contre Walid Georgey a été émis par le tribunal correctionnel de Paris ce mardi. Le rappeur français, connu sous le pseudonyme de Maes, ne s’est pas présenté au procès où il devait comparaître pour des coups de poing datant de 2018. L’artiste est actuellement installé à Dubaï.

L’avocate de l’artiste, Diane de Condé, a répété que le droit permettait au prévenu d’être représenté à son procès et a plaidé pour que le tribunal juge l’affaire en son absence. Mais le tribunal en a décidé autrement, le président de la 13e chambre correctionnelle, Guillaume Daïeff, répétant que la justice « avait demandé la comparution personnelle de Walid Georgey ». Le tribunal « estime que ses excuses ne sont pas valables ».

Des obligations qui ne passent pas

« Il n’est pas là pour fuir ses responsabilités […]. Ce n’est pas nécessaire d’émettre un mandat d’arrêt », a assuré l’avocate, détaillant les « raisons professionnelles » qui ont retenu son client à Dubaï où il vit depuis 2020. A savoir un « showcase » lundi soir et plusieurs journées d’enregistrement en studio cette semaine.

« On ne loue pas un studio le jour où on doit comparaître devant un tribunal, il savait que sa présence était indispensable », s’est agacée la procureure qui s’est opposée à ce que le tribunal juge le dossier sans lui. Le procès a été renvoyé au 5 juin 2024 et dans l’attente de l’audience, le tribunal a émis un mandat d’arrêt, conformément aux réquisitions du ministère public.

Six jours d’ITT pour la victime

Maes, 28 ans, qui est libre sans contrôle judiciaire, doit être jugé pour des violences en réunion ayant entraîné six jours d’ITT (incapacité temporaire de travail). Les faits s’étaient produits à la sortie d’un studio en septembre 2018 à Paris. Le rappeur originaire de Villepinte (Seine-Saint-Denis) a depuis indemnisé la victime à qui il avait asséné des coups de poing au visage. Le montant de la transaction n’a pas été divulgué.

La victime a depuis retiré sa plainte et ne s’est pas constituée partie civile, ce qui n’éteint cependant pas les poursuites judiciaires à l’encontre du rappeur. Maes, qui a sorti cinq albums, doit donner un concert à Bercy, le 16 février 2024.

Sujets liés