Naufrage de migrants dans la Manche : Les six victimes identifiées

investigations Le 12 août, une embarcation d’exilés qui tentaient de rallier l’Angleterre par le détroit du Pas-de-Calais avait fait naufrage

20 Minutes avec AFP
Les six hommes sont âgés de 21 à 34 ans. (Photo d'illustration)
Les six hommes sont âgés de 21 à 34 ans. (Photo d'illustration) — Stuart Brock / AFP

On en sait un peu plus depuis le drame survenu le 12 août dans la Manche. Ce jour-là, six Afghans étaient morts dans le naufrage d’une embarcation d’exilés qui tentaient de rallier l’Angleterre par le détroit du Pas-de-Calais. Ceux-ci ont été identifiés, a indiqué vendredi une source judiciaire. Il s’agit de six hommes âgés de 21 à 34 ans, a précisé cette source.

Selon les premiers éléments des investigations menées par la Juridiction nationale de lutte contre la criminalité organisée (Junalco) sous la supervision de deux juges d’instruction parisiens, l’embarcation de fortune avait subi « une avarie moteur ». Le canot s’était « déchiré en mer », avec des passagers « pour la plupart » dépourvus de gilets de sauvetage, avait expliqué le parquet de Paris.

Plusieurs incarcérations

L’alerte avait été donnée le 12 août vers 04h20 du matin par un navire de commerce qui avait contacté le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (Cross) Gris Nez, selon un communiqué de la préfecture maritime (Premar) de la Manche et la mer du Nord. Plusieurs navires s’étaient ensuite rendus sur zone. Un hélicoptère et un avion de surveillance maritime, entre autres, avaient également été mobilisés. Trente-huit personnes avaient pu être secourues dans les eaux françaises et vingt-trois dans les eaux britanniques.

Quatre personnes ont été mises en examen en France quelques jours après le naufrage pour homicides et blessures involontaires par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence, aide au séjour irrégulier en bande organisée et association de malfaiteurs. Elles ont été incarcérées.

Naufrage le plus meurtrier

Parmi elles, deux Irakiens nés en 1980 sont soupçonnés d’appartenir à « la filière d’immigration clandestine ayant organisé le transport de migrants », selon le parquet de Paris. Les deux autres, deux Soudanais âgés de 17 et 26 ans, sont suspectés d’avoir participé « au transport des passagers dans des conditions dangereuses, en contrepartie d’un tarif privilégié sur leur propre passage », avait-il ajouté.

Ce naufrage est le plus meurtrier depuis celui survenu en novembre 2021, quand au moins 27 migrants avaient péri dans le détroit du Pas-de-Calais.