20 Minutes : Actualités et infos en direct
racismeUn retraité, qui a traité un basketteur de « bonobo », condamné à du sursis

Metz : Un retraité traite un basketteur de « bonobo » et écope de trois mois de prison avec sursis

racismeL’homme a lancé à au basketteur Loïc Akono « t’as fait faute, bonobo »
La scène s'est déroulée durant un match Charleville-Mézières contre le club messin des « Canonniers » fin janvier
La scène s'est déroulée durant un match Charleville-Mézières contre le club messin des « Canonniers » fin janvier - Alexis Jumeau/SIPA / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Ses explications n’avaient guère convaincu les magistrats. Jeudi, un retraité a été condamné à trois mois de prison, assortis d’un sursis simple, et à un stage de citoyenneté pour avoir traité le joueur de basket de Metz Loïc Akono de « bonobo » lors d’un match en janvier dernier.

Le tribunal correctionnel a retenu « l’injure commise en raison de l’origine de M. Akono ». Au titre du préjudice moral, il devra également verser 2.000 euros à Loïc Akono, un euro symbolique au club de basket de Metz et 400 euros à la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme), également partie civile.

L’homme plaidait ne pas connaître le caractère raciste de ses propos

A l’audience début juillet, le supporteur avait reconnu avoir employé le terme « bonobo » pour s’adresser à Loïc Akono, lors d’un match fin janvier de l’équipe de Charleville-Mézières contre le club messin des « Canonniers » (Nationale 2, 4e division). Le joueur avait alors décidé de quitter le terrain puis de porter plainte.

Le retraité avait assuré devant le tribunal que pour lui « il n’y avait aucun caractère raciste » dans les mots « t’as fait faute, bonobo » car il ne connaissait pas la signification du mot bonobo. Il a reconnu que le mot, sur lequel il dit avoir fait des recherches après les faits, pouvait « prêter à confusion » mais affirmé ne pas être raciste.

« J’exerce mon droit de me défendre, mais c’est aussi un combat général. Il n’y a pas que moi qui subisse des propos racistes, que ce soit dans la vie de tous les jours ou dans le sport », avait expliqué le basketteur à l’issue de l’audience.

Sujets liés