20 Minutes : Actualités et infos en direct
enquêteDeux suspects écroués pour l’incendie mortel d’un immeuble près de Niort

Incendie mortel dans les Deux-Sèvres : Les deux suspects ont été écroués, ils risquent la perpétuité

enquêteL’incendie dans un immeuble de Bressuire, dans les Deux-Sèvres, avait fait cinq morts en juillet 2002
Deux adolescents de 17 ans figurent parmi les cinq victimes de ce dramatique incendie. Illustration.
Deux adolescents de 17 ans figurent parmi les cinq victimes de ce dramatique incendie. Illustration. - M. Allili / Sipa / Sipa
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Un bilan effroyable et un mobile bien futile. Un homme de 43 ans et une femme de 38 ans ont été mis en examen et écroués jeudi soir pour l’incendie criminel qui a fait cinq morts dans un immeuble de Bressuire (Deux-Sèvres) le 8 juillet 2022, indique le parquet de Poitiers.

Les deux suspects, déjà condamnés par le passé, avaient été placés en garde à vue mardi. Ils « ont admis le caractère volontaire de l’incendie et son lien avec un conflit lié à une transaction de stupéfiants », avait affirmé mercredi le procureur de la République de Niort Julien Wattebled. Le parquet de Niort s’était ensuite dessaisi du dossier au profit du pôle criminel du tribunal judiciaire de Poitiers.

Une information judiciaire des chefs notamment de « destructions volontaires du bien d’autrui par l’effet d’une substance explosive, d’un incendie ou de tout autre moyen de nature à créer un danger pour les personnes » a été ouverte, a écrit jeudi soir le parquet de Poitiers dans un communiqué. Les mis en cause encourent la réclusion criminelle à perpétuité.

Comportement suspect et images de vidéosurveillance

Le jour du drame, le 8 juillet 2022, peu avant 5 heures du matin, le feu s’était propagé dans le haut de cet immeuble de deux étages, ravageant quatre studios situés dans les combles et détruisant l’escalier qui y menait, le plancher du dernier étage ainsi que le toit. Deux hommes de 27 et 35 ans, un adolescent de 17 ans, une femme de 31 ans et sa fille de 5 ans avaient péri dans l’incendie. Deux hommes avaient pu être secourus. Toutes les victimes étaient d’origine comorienne.

Les conclusions d’une expertise rendue début avril « ont permis d’étayer l’hypothèse d’un incendie volontaire », selon le parquet de Niort. Depuis, les investigations se sont concentrées sur les deux mis en cause dont la présence à proximité des lieux avait été établie par la vidéosurveillance de la ville et qui avaient eu un comportement suspect d’après plusieurs témoins.

Sujets liés