Fonds Marianne : Perquisitions chez le journaliste Mohamed Sifaoui et chez le préfet Christian Gravel

enquête La gestion du fonds contre le séparatisme est dans le viseur de la commission d’enquête du Sénat, mais fait aussi l’objet d’une information judiciaire ouverte au Parquet national financier

20 Minutes avec AFP
— 
Mohamed Sifaoui, coresponsable de la principale association bénéficiaire du fonds Marianne de lutte contre le « séparatisme »
Mohamed Sifaoui, coresponsable de la principale association bénéficiaire du fonds Marianne de lutte contre le « séparatisme » — Damien Meyer

Ce sont les premières perquisitions dans l’affaire du fonds Marianne. Les domiciles de Mohamed Sifaoui, co-responsable de la principale association bénéficiaire du fonds de lutte contre le « séparatisme », et du préfet Christian Gravel, font l’objet de perquisitions mardi matin.

« Il s’avère, que depuis 6 heures du matin, une perquisition est en cours à son domicile », l’empêchant de pouvoir honorer ce rendez-vous, a déclaré Claude Raynal, président de cette commission d’enquête, à l’ouverture de l’audition, en lisant un message de l’avocat de Mohamed Sifaoui.

Démission de Christian Clavel

Ce dernier était le directeur des opérations de l’Union des sociétés d’éducation physique et de préparation militaire (USEPPM), la bénéficiaire principale du Fonds Marianne (dotation de 355.000 EUR), dont la gestion, controversée, est dans le viseur de la commission d’enquête du Sénat, mais fait aussi l’objet d’une information judiciaire ouverte au Parquet national financier (PNF) pour des soupçons de détournement de fonds publics.

Après le rapport de l’Inspection générale de l’administration (IGA), dénonçant de nombreux « manquements » de l’association, Christian Gravel, le patron du Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation (CIPDR), la structure responsable de la gestion de ce fonds au ministère de l’Intérieur, a démissionné.