20 Minutes : Actualités et infos en direct
ProcèsEn Ariège, les membres d’un « commando anti-ours » devant le tribunal

Ariège : Cagoules et fusils, le fameux « commando anti-ours » devant le tribunal

ProcèsQuatre prévenus sont jugés à Foix (Ariège) ce mardi après la diffusion en 2017 d’une vidéo déclarant la guerre à l’ours. Tous nient leur participation à ce coup d’éclat
Une image de la vidéo diffusée en 2017 et pour laquelle quatre Ariégeois comparaissent ce mardi 18 avril 2023.
Une image de la vidéo diffusée en 2017 et pour laquelle quatre Ariégeois comparaissent ce mardi 18 avril 2023. - Capture d'écran / DR
Hélène Ménal

H.M.

EDIT du 19/04/23. Des peines de deux à six mois de prison avec sursis ont été requises contre les prévenus. Le tribunal rendra sa décision le 6 juin.

Une mise en scène très « Corse », avec fusils de chasse en bandoulière et cagoules. En septembre 2017, plusieurs médias recevaient via une clé USB une vidéo montrant un groupe d’hommes armés annonçant solennellement, en forçant sur l’accent, le retour de la chasse à l’ours dans les Pyrénées. La vidéo n’a jamais été revendiquée, mais la préfète de l’Ariège avait déposé plainte pointant « une simagrée d’organisation terroriste » et « une dérive pathétique dans la violence et l’illégalité ».

L’épisode du « commando anti-ours » ariégeois doit connaître son épilogue ce mardi à Foix, avec de quatre membres présumés du commando, qui nient farouchement leur participation à cette vidéo menaçant une espèce protégée.

Parmi eux, Philippe Lacube, le porte-parole emblématique de l’Association de sauvegarde du patrimoine Ariège-Pyrénées (Aspap), devenu depuis le président de la chambre de l’Agriculture de l’Ariège, et qui d’ailleurs recevait lundi à ce titre la visite du ministre de l’Agriculture Marc Fesneau. Rémi Denjean, un autre éleveur connu pour son combat antiplantigrade, comparaît également.

Selon France Bleu Occitanie, les avocats des prévenus dénoncent « un procès politique ».

Sujets liés