Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
ARNAQUEUn faux livreur condamné à Orléans pour avoir volé des personnes âgées

Orléans : Un faux livreur condamné pour avoir volé plusieurs personnes âgées

ARNAQUE
L'homme de 43 ans profitait de l'inattention de ses victimes pour entrer chez elles et dérober les cartes bancaires
L'homme entrait chez les personnes âgées pour leur voler leurs effets personnels. Illustration
L'homme entrait chez les personnes âgées pour leur voler leurs effets personnels. Illustration - Sabinevanerp / Pixabay / Pixabay
20 Minutes avec agence

20 Minutes avec agence

Un homme a été condamné à trois ans de prison, dont deux ferme, par le tribunal correctionnel d'Orléans (Loiret), rapporte France Bleu mercredi. Le prévenu avait floué des personnes âgées en se faisant passer pour un livreur, entre juillet et décembre 2022. Au total, il aurait volé une douzaine de victimes pour un préjudice total d'environ 9.000 euros.

Le mode opératoire était bien rodé : l'homme âgé de 43 ans effectuait des repérages pour identifier des personnes vulnérables. Il sonnait ensuite chez elles, leur faisant croire qu'un colis les attendait. Les retraités quittaient alors leur logement et le voleur pénétrait dans l'habitation par une porte laissée ouverte pour dérober des effets personnels ou des cartes bancaires.

Déjà condamné pour vol et escroquerie

Le quadragénaire a été confondu par les images de vidéosurveillance des commerces et des distributeurs automatiques, indique La République du Centre. Des objets volés ont également été retrouvés chez lui. Le casier judiciaire de l'homme présentait déjà 17 mentions, notamment pour des faits d'escroquerie et de vol.

Outre la peine de prison ferme, le tribunal a ordonné la révocation d'un précédent sursis de six mois. Le prévenu est maintenu en détention et n'aura pas le droit de se rendre dans le Loiret pendant trois ans, une fois sa peine purgée. Il devra également indemniser les victimes, dont certaines sont très âgées. Ces dernières n'ont pas toutes récupéré leur argent, les banques estimant qu'elles n'avaient pas été assez vigilantes et n'avaient pas pris assez de précautions.

Sujets liés