20 Minutes : Actualités et infos en direct
PROCèSLa justice a tranché, Yuka peut alerter sur les nitrites des charcuteries

Charcuterie : L’application Yuka peut alerter sur les nitrites, la justice a (re) tranché

PROCèSL’application de notation alimentaire mène la bataille contre la dangerosité pressentie des nitrites employés par les industriels de la charcuterie. Après des défaites, elle vient de remporter un round au tribunal d’Aix-en-Provence
Il existe "une association positive entre l’exposition aux nitrates et/ou aux nitrites via la viande transformée et le risque de cancer colorectal", a estimé l'Anses.
Il existe "une association positive entre l’exposition aux nitrates et/ou aux nitrites via la viande transformée et le risque de cancer colorectal", a estimé l'Anses. - Daniel ROLAND / AFP
Alexandre Vella

Alexandre Vella

La justice a (re) tranché. Condamnée en première instance par les tribunaux de Brive et d’Aix-en-Provence, l’application Yuka, qui note les denrées alimentaires selon leur impact sur la santé, vient de remporter un round juridique devant la cour d’appel d’Aix-en-Provence.



Attaquée pour « des actes de dénigrement » par la société domiciliée à Peyrolles-en-Provence ABC industrie, qui produit des charcuteries, l’application a obtenu gain de cause ce 8 décembre. Le tribunal a reconnu en appel « la légitimité de l’application à alerter sur les risques liés aux additifs nitrés », s’est-elle réjouie dans un communiqué commun avec Foodwatch et la Ligue contre le cancer.

Cette décision s’appuie notamment sur une étude de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) dont les conclusions rendues en juillet dernier établissaient « l’existence d’une association positive entre l’exposition aux nitrates et/ou aux nitrites via la viande transformée et le risque de cancer colorectal. »

Les additifs nitrés (E249, E250, 251 et E252) permettent notamment une plus longue conservation des charcuteries. Les associations engagées dans ce combat indiquent désormais attendre un « verdict politique » et réclament l’interdiction de ces additifs.

Sujets liés