Marseille : Un chantier naval pollueur condamné à d’importantes amendes

PLANETE La société Chantier naval de Marseille a été condamnée pour n’avoir pas mis en place un système de récupération de ses eaux polluées

20 Minutes avec AFP
Le chantier naval de Marseille.
Le chantier naval de Marseille. — A.Rancoule / 20 Minutes

Métaux lourds, perturbateurs endocriniens, PCB et autres polluants rejetés dans la Méditerranée : la société Chantier Naval de Marseille (CNM) a été condamnée lundi pour n’avoir pas mis en place un système de récupération de ses eaux polluées, malgré les injonctions.



La filiale du chantier naval italien San Giorgio del Porto s’est vu infliger une amende de 300.000 euros et son ex-président, Jacques Hardelay, deux amendes de 60.000 et 1.500 euros, pour le non-respect, de septembre 2019 à novembre 2020, d’arrêtés de mise en demeure préfectoraux.

Des biocides issus des peintures

En août 2017, le chantier naval avait obtenu l’autorisation d’exploiter trois formes de radoub du Grand Port Maritime de Marseille (GPMM) au titre des installations classées pour la protection de l’environnement. L’exploitant s’engageait à mettre en œuvre, dans un délai maximum de six mois, un système temporaire de collecte des eaux « de fonds » pour les épurer. Les échéances étaient fixées à 2020 et 2021 pour une solution définitive.

Les eaux de carénage des navires contiennent en effet des biocides issus des peintures, destinées à limiter le développement d’algues et mollusques sur la coque. Dans les cales exploitées par CNM, des inspections de la Direction régionale de l’environnement (DREAL) avaient identifié des résidus de cuivre, de zinc, de plomb et de tributylétain, un perturbateur endocrinien interdit depuis 2003 mais toujours présent sur la coque de certains bateaux, ainsi que des PCB reconnus comme substances écotoxiques.