Nantes : Deux mises en examen après la construction du Carrousel des mondes marins

ENQUÊTE Deux hauts fonctionnaires de la préfecture de Loire-Atlantique sont soupçonnés de complicité de favoritisme dans le cadre de l’enquête visant les irrégularités lors de la conception du manège géant nantais

F.B.
Le Carrousel des mondes marins, de nuit, aux Machines de l'île à Nantes
Le Carrousel des mondes marins, de nuit, aux Machines de l'île à Nantes — JD Billaud/ LVAN

La justice ne lâche pas le Carrousel des mondes marins. Deux responsables de la préfecture de Loire-Atlantique ont été mis en examen pour « complicité de favoritisme » dans le cadre de la vaste enquête portant sur les irrégularités de la conception-construction du manège géant des Machines de l’île, à Nantes. Le préfet Michel Papaud, ancien secrétaire général de la préfecture, et Jean-Philippe Aubry, directeur de la coordination des politiques publiques, sont soupçonnés ne pas avoir contrôlé la légalité de la procédure, a révélé Presse Océan.

Ils ne sont pas les seuls inquiétés dans ce dossier complexe puisque Jean-Luc Charles, ancien directeur général de la société d’aménagement de l’île (Samoa), avait, lui aussi, été mis en examen pour « favoritisme et recel de favoritisme » en juin dernier, de même que son ancienne directrice adjointe, Soizick Angomard. Les règles de mise en concurrence de cet équipement public pourraient ne pas avoir été respectées.

Ouvert en 2012, le Carrousel des mondes marins est l’une des attractions des Machines de l’île, au même titre que le Grand éléphant et la Galerie des Machines.