Affaire Steve Maia Caniço : Renvoi en correctionnelle requis pour le commissaire et le sous-préfet

POURSUITES Le parquet demande que Grégoire Chassaing et Johann Mougenot soient jugés pour homicide involontaire

J.U. avec AFP
Des policiers devant une fresque représentant Steve Maia Canico, à Nantes le 21 juin 2022.
Des policiers devant une fresque représentant Steve Maia Canico, à Nantes le 21 juin 2022. — AFP

Trois ans et demi après la mort de Steve Maïa Caniço le soir de la Fête de la musique à Nantes, le parquet a annoncé ce mercredi avoir requis le renvoi d’un commissaire de police et d’un sous-préfet devant le tribunal correctionnel. Grégoire Chassaing dirigeait l’opération controversée et Johann Mougenot, alors directeur de cabinet du préfet de Loire-Atlantique, avait « présidé les réunions préparatoires » du dispositif.

« Le parquet de Rennes a pris son réquisitoire définitif le 30 novembre 2022. Il requiert le non-lieu s’agissant des personnes placées sous le statut de témoin assisté et le renvoi de (du commissaire) Grégoire Chassaing et de (du sous-préfet) Johann Mougenot devant le tribunal correctionnel, afin que ceux-ci soient jugés du chef d’homicide involontaire », écrit le procureur de Rennes, Philippe Astruc, dans un communiqué.

Deux types de faute

Selon le procureur, « deux types de fautes susceptibles d’être à même de caractériser des responsabilités pénales, apparaissent pouvoir être dégagées », dans la préparation (absence de barriérage du quai), mais aussi dans la conduite de l’intervention de police (usage de grenades lacrymogènes par les forces de l’ordre).



Steve Maia Caniço, animateur périscolaire âgé de 24 ans, avait disparu après une opération policière destinée à faire cesser une soirée électro en bord de Loire dans la nuit du 21 au 22 juin 2019. Son corps avait été retrouvé, dans le fleuve, plus d’un mois plus tard, le 29 juillet.