Procès de l’attentat de Nice : Le verdict prévu le mardi 13 décembre

Audience Les plaidoiries des avocats de parties civiles doivent s’achever jeudi. Les réquisitions seront ensuite prononcées le 6 décembre, avant trois jours consacrés à la défense des huit accusés

20 Minutes avec AFP
L'audience se tient depuis le 5 septembre dans la salle dédiée aux grands procès, spécialement construite dans le Palais de justice de Paris
L'audience se tient depuis le 5 septembre dans la salle dédiée aux grands procès, spécialement construite dans le Palais de justice de Paris — Francois Mori/AP/SIPA

C’est « dans le courant de l’après-midi », le mardi 13 décembre, que le verdict du procès de l’attentat de Nice du 14 juillet 2016 sera rendu, a annoncé le président de la cour d’assises spéciale de Paris, Laurent Raviot, ce mercredi.

Composée de six magistrats professionnels, cette cour juge, depuis le 5 septembre, huit accusés, trois pour association de malfaiteurs terroriste et cinq pour trafic d’armes, dont l’un en son absence. L’auteur de l’attentat, Mohamed Lahouaiej Bouhlel, un Tunisien de 31 ans, a été abattu par la police au terme de la course meurtrière de son camion-bélier sur la Promenade des Anglais qui a fait 86 morts et plus de 400 blessés.

La dernière parole des accusés le 12 décembre

Après les plaidoiries des avocats de parties civiles, qui doivent s’achever jeudi, le Parquet national antiterroriste (PNAT) présentera ses réquisitions le 6 décembre, avant de laisser la place, pendant trois jours, aux avocats de la défense. Le 12 décembre, les accusés auront la parole une dernière fois, avant que la cour se retire pour délibérer.

Si au moins l’un des accusés est jugé coupable, une audience civile se tiendra du 3 au 5 janvier pour débattre de la recevabilité des 2.500 constitutions de parties civiles, a également précisé Laurent Raviot.

La salle dédiée aux grands procès, spécialement construite dans le Palais de justice de Paris pour le procès des attentats du 13-Novembre, accueillera ensuite le procès en appel des laboratoires Servier dans l’affaire du Mediator.