Après Darmanin, la maire de Nantes demande du renfort au ministre de la Justice

INSECURITE Après avoir obtenu un renfort de policiers nationaux, Johanna Rolland réclame à Eric Dupond-Moretti des postes supplémentaires de magistrats et personnels de justice à Nantes

F.B.
— 
Eric Dupond-Moretti, ancien, avocat, ministre de la Justice depuis juillet 2020.
Eric Dupond-Moretti, ancien, avocat, ministre de la Justice depuis juillet 2020. — Jacques Witt/SIPA
  • La maire de Nantes a écrit au garde des Sceaux pour obtenir un « plan d’urgence » pour Nantes.
  • La ville souffre d’un important déficit de magistrats et personnels de justice.
  • Le ministre de l’Intérieur a promis mardi des renforts policiers pour Nantes.

La rencontre organisée mardi entre Johanna Rolland, maire PS de Nantes, et Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, avait en partie porté ses fruits. L’Etat s’était en effet engagé à affecter des policiers et CRS supplémentaires en réponse à la montée des trafics de stupéfiants et faits de violences sur l’espace public dans la Cité des Ducs. Mais l’élue socialiste veut aller plus loin : elle souhaite obtenir de l’Etat des moyens de justice supplémentaires. Ce jeudi, elle a ainsi écrit au garde des Sceaux, Eric Dupond-Moretti, afin de lui demander un « plan d’urgence permettant une augmentation des effectifs de magistrats, greffiers et personnels de justice ».

« Entre 2019 et 2021, le nombre d’affaires a augmenté de 10 %. Nous sommes dans une situation les plus dégradées de France où les affaires les plus graves, les plus complexes, attendent plusieurs années avant d’envisager de passer à l’audience. De tels délais viennent remettre en cause la crédibilité de la justice et le sens même des décisions de justice est questionné », explique Johanna Rolland.

Le manque de moyens régulièrement dénoncé

« Les moyens actuels de la justice à Nantes ne sont ni adaptés à l’évolution démographique, ni à celle de la délinquance et de la criminalité », poursuit l’élue dans ce courrier.

Les professionnels du tribunal judiciaire de Nantes dénoncent régulièrement le manque de moyens dans leurs services et l’allongement des délais de réponse pénale. Le renfort annoncé de policiers nationaux et municipaux risque fort d’alourdir le volume de dossiers à traiter. Le procureur de la République et le président du tribunal judiciaire de Nantes avaient eux-mêmes pris la parole ces derniers mois pour s’alarmer de la situation nantaise.