Camaïeu : L’actionnaire porte plainte pour diffamation contre l’avocat de la CGT

JUSTICE Le groupe HPB s’estime atteint dans son honneur après que l’avocat de la CGT Camaïeu s’est interrogé sur d’éventuels transferts de fonds entre l’enseigne de prêt-à-porter, mise en liquidation, et d’autres sociétés du groupe

20 Minutes avec AFP
L'actionnaire de Camaïeu attaque l'avocat de la CGT en justice pour diffamation (illustration).
L'actionnaire de Camaïeu attaque l'avocat de la CGT en justice pour diffamation (illustration). — AFP

Ce mercredi, l’actionnaire de Camaïeu a porté plainte pour diffamation contre l’avocat de la CGT, lui reprochant des propos « totalement faux » évoquant de possibles ponctions de trésorerie aux dépens de la société, mise en liquidation.

La plainte, avec constitution de partie civile pour diffamation envers un particulier, a été déposée au tribunal judiciaire de Paris. Elle vise maître Fiodor Rilov, pour des propos tenus, mardi, lors d’une assemblée générale à l’appel de la CGT au siège de Camaïeu à Roubaix, cités par divers médias, a précisé pour l’actionnaire maître Baptiste de Fresse de Monval.

Des propos « infondés »

Ces « propos portent atteinte à l’honneur et la considération du groupe HPB », Hermione People and Brands, filiale de la Financière immobilière bordelaise (FIB), qui avait repris Camaïeu en 2020, a affirmé l’avocat. « Totalement infondés et faux, ils relèvent de la loi sur la diffamation », a-t-il ajouté.

Maître Rilov avait proposé aux salariés d’entamer une procédure contre HPB, notamment pour trouver trace « de toutes les opérations de transfert de fonds entre Camaïeu et d’autres sociétés du groupe ».

HPB incrimine deux phrases qui auraient alors été prononcées par Me Rilov. Il aurait, selon l’actionnaire, affirmé qu’il « n’est pas exclu que des fonds qui n’étaient plus dans la société ont été pris ». Il aurait aussi indiqué que la procédure qu’il veut lancer vise à « connaître les opérations qui ont vidé la trésorerie ».

« Une tentative pour détourner l’attention »

« Aucune société du groupe, ni l’actionnaire, n’ont bénéficié de fonds venant de Camaïeu », a déclaré, mercredi, le président d’HPB, Wilhelm Hubner. Cette plainte constitue « une tentative pour détourner l’attention », a réagi Maître Rilov, se déclarant résolu à « engager prestement » les actions judiciaires présentées aux salariés. Affirmant ne pas avoir été notifié de la plainte dans l’immédiat, il a indiqué qu’il n’hésiterait pas de son côté à porter plainte pour « dénonciation calomnieuse ».



Sur le fond, « je constate que les salariés sont convaincus qu’un certain nombre d’opérations anormales se sont tenues, il est nécessaire d’aller chercher […] si des opérations financières anormales ont été organisées et si elles ont contribué à la déconfiture de Camaïeu », a-t-il ajouté.