Match Nice-Cologne : Cinq arrestations et des perquisitions menées en Allemagne après les incidents

ENQUETE La police de Cologne indique avoir mis à exécution des mandats d’arrêt du tribunal d’instance de la ville. Le 8 septembre, plusieurs centaines de supporteurs cagoulés aux couleurs du club allemand avaient provoqué de violents incidents

F.B. avec AFP
— 
Le 8 septembre, dans les tribunes du stade Allianz Riviera
Le 8 septembre, dans les tribunes du stade Allianz Riviera — Ralf Treese/DeFodi Images/Shutte

L’enquête rebondit près d’un mois après. La police allemande a procédé à cinq arrestations et mené une série de perquisitions ce mercredi à Cologne et dans d’autres villes allemande après les affrontements qui avaient éclaté avant le match de Coupe d’Europe entre l’OGC Nice et le FC Cologne.

« Depuis les premières heures de la matinée, les enquêteurs fouillent des appartements et des maisons à Cologne, Hürth, Pulheim et Bergisch Gladbach avec le soutien de la brigade antiémeute », annonçait dès la matinée la police de Cologne. Au total, les domiciles de seize suspects, dont trois multirécidivistes, ont été perquisitionnés. Et cinq d’entre eux, visés par des mandats d’arrêt, ont été interpellés.

Des affrontements et 32 blessés

Les seize suspects étaient inscrits au fichier des supporteurs violents. Quinze sont des ultras. Les enquêteurs ont saisi des matraques et des téléphones, a détaillé le directeur de la police judiciaire Michael Esser, assurant qu’il ne comptait pas « en rester là ».

Le 8 septembre, avant le coup d’envoi de ce match de la première journée de la Ligue Europa Conférence, plusieurs centaines de supporteurs cagoulés aux couleurs du club allemand avaient provoqué de violents incidents en envahissant la tribune présidentielle de l’Allianz Riviera pour aller en découdre avec leurs homologues niçois.


Lors de ces incidents à l’intérieur du Grand Stade de Nice, 32 personnes avaient été blessées et quatre hospitalisées. Parmi eux, un Francilien de 33 ans qui avait lourdement chuté, basculant d’une tribune, doit être jugé le 25 janvier 2023.