Masturbation, séances de kung-fu imposées et théories du complot… Le gourou Elysée Ade devant la justice

secte Soupçonné par la justice de dérives sectaires, ce Franco-Béninois de 53 ans, sera jugé à partir de lundi et jusqu’au 10 octobre pour « abus de faiblesse » et « agression sexuelle »

Manon Aublanc
— 
Le 23 octobre, à Bobigny (Seine-Saint-Denis). L'entrée du palais de justice de Paris.
Le 23 octobre, à Bobigny (Seine-Saint-Denis). L'entrée du palais de justice de Paris. — Clément Follain
  • Soupçonné de dérive sectaire, Elysée Ade, un Franco-Béninois de 53 ans, doit comparaître à partir de lundi et jusqu’au 10 octobre devant le tribunal correctionnel de Paris.
  • Il sera jugé pour « abus de faiblesse par sujétion psychologique » entre 2009 et 2015 et pour une agression sexuelle aggravée.
  • Séances de kung-fu imposées, masturbation, jeûnes obligatoires… Ce quinquagénaire, qui s’est autoproclamé « ange », se considérait à la tête d’une armée, les « guerriers de lumière », censés apporter la paix dans le monde.

Ils se faisaient appeler « les Guerriers de lumières ». A la tête de cette armée, censée apporter la paix dans le monde, un maître à penser, adepte des théories du complot et « ange » autoproclamé : Elysée Ade, un Franco-Béninois de 53 ans.

Pendant des années, cet homme, doté selon lui de pouvoirs paranormaux, a assujetti des dizaines de personnes, les « coupant totalement du monde », selon les enquêteurs. Soupçonné de dérives sectaires par la justice, Elysée Ade sera jugé à partir de ce lundi au tribunal correctionnel de Paris pour « abus de faiblesse par sujétion psychologique » sur vingt-deux personnes, entre 2009 et 2015 et pour agression sexuelle sur l’une d’entre elles.

Le « prêt-à-penser » d’Elysée Ade

Car pour mériter leur statut « d’élus » auprès de leur gourou, les adeptes d’Elysée Ade ont dû se conformer à des consignes strictes pour se défaire de leur « ego ». A commencer par des entraînements de kung-fu, chaque vendredi soir et dimanche matin au parc de la Villette à Paris (19e arrondissement). Des sessions gratuites, dispensées par le Franco-Béninois pendant plusieurs heures, parfois même « jusqu’à l’épuisement ». La formation se poursuivait également lors de séances de thérapies personnelles, avec Elysée Ade dans le rôle du psychologue. Malgré l’absence de diplôme du gourou dans ce domaine, ces sessions obligatoires, qui ont duré pendant une vingtaine de semaines pour certains, leur étaient facturées 50 euros.

Les plus méritants d’entre eux assistaient également à des cours de philosophie, appelés « cours de sagesse » ou « cercle d’éveil », où l’homme diffusait un « prêt-à-penser ». Des leçons au cours desquelles il dénonçait diverses théories du complot, comme l’empoisonnement de l’air et de l’eau ou la fameuse thèse des « chemical trails ». Selon cette théorie, certaines traînées blanches créées par le passage des avions en vol seraient composées d’agents chimiques ou biologiques délibérément répandus en haute altitude par des agences gouvernementales pour des raisons dissimulées au grand public. Pour diffuser ses idées à l’échelle planétaire, Elysée Ade n’a pas hésité à fonder une société nommée « Invisible Light Entreprise », financée à hauteur de 230.000 euros par ses adeptes et qui n’a jamais eu la moindre activité officielle.

« Female Orgasm Xpert »

Et gare aux disciples qui remettaient en doute la parole du « Sage ». Si certains étaient ridiculisés ou humiliés en public, d’autres étaient « mis en retraite » du groupe par Elysée Ade. L’homme les forçait à rester chez eux, leur imposant de faire la planche pendant trois heures, de jeûner, de prendre des douches froides ou encore de dormir par terre pour « rabaisser leur ego ». Parmi les exigences imposées par le gourou à ses adeptes, celle de la « maîtrise absolue » de leurs corps. Le quinquagénaire poussait notamment les femmes à jeûner pendant des dizaines de jours pour atteindre un poids « pathologique », selon les enquêteurs. L’une des plaignantes est descendue en dessous des 39 kilos.

La soumission continuait dans l’intimité. Selon les témoignages, Elysée Ade « faisait et défaisait » les couples à sa guise au sein du groupe, poussant ses membres à pratiquer l’échangisme ou les femmes à avoir des relations sexuelles entre elles. Ces dernières étaient « formées » pour devenir des « FOX » (Female Orgasm Xpert). Elles devaient pratiquer la masturbation au moins cinq fois par jour avec des sex-toys pour maîtriser ce que le gourou a appelé les « 8 portes orgasmiques ». « Au niveau 8, la femme jouit tellement fort qu’elle fait une projection astrale, elle se trouve propulsée hors de son corps quelques secondes », a résumé l’homme devant les enquêteurs. Elysée Ade organisait parfois des séances collectives à son domicile, masturbant lui-même à tour de rôle les femmes présentes avec un vibromasseur, renommé « Magic Wand ». Lors d’une de ces sessions, une plaignante a perdu sa virginité, masturbée par son gourou avec le sex-toy. Un acte pour lequel le quinquagénaire est poursuivi pour agression sexuelle aggravée.

Des marqueurs d’une dérive sectaire

L’emprise s’est tissée quotidiennement. Chaque jour, les membres devaient rendre compte de tous leurs faits et gestes via un chat sur lequel Elysée Ade distribuait les ordres et répartissait les rôles de chacun. L’homme allait jusqu’à choisir les tenues vestimentaires de ses adeptes et les orientations professionnelles. « On était, selon lui, sous sa protection énergétique. Le quitter, c’est comme si vous ne mettiez plus votre casque ou si vous conduisiez en fermant les yeux », a expliqué un des plaignants aux policiers.

Pour Me Rodolphe Bosselut, avocat d’une partie des plaignants, le dossier présente tous les marqueurs d’une dérive sectaire : « Il y a un conditionnement de tous les participants au groupe, une sujétion psychologique qui passent par la rupture avec la famille, les parents, les comportements antérieurs. Les membres perdent tout libre arbitre, la vie de groupe est exclusive de toute autre vie, amicale, sociale ou professionnelle. Tout le monde est bunkérisé. L’extérieur est diabolisé. Le seul à détenir la vérité, c’est Elysée Ade », explique le conseil. « Ça fait 30 ans que je plaide ce genre de dossier et je n’ai jamais vu ça », ajoute l’avocat. Contacté, l’avocat d’Elysée Ade n’a pas répondu à nos sollicitations. Au terme des six jours de procès, le gourou risque jusqu’à sept ans de prison.