Alsace : Nouvelles recherches autour de Reiser concernant la disparition d’une jeune femme en 1987

enquête De nouvelles recherches sont effectuées concernant la disparition inexpliquée à Strasbourg en 1987 d’une représentante de commerce, Françoise Hohmann, dossier dans lequel Jean-Marc Reiser, assassin de l’étudiante Sophie Le Tan, avait été acquitté

G.V. avec AFP
— 
Lille, le 27 janvier 2012. Illustration sur les avocats au Tribunal de Grande Instance de Lille.
Lille, le 27 janvier 2012. Illustration sur les avocats au Tribunal de Grande Instance de Lille. — M.LIBERT / 20 MINUTES

En février 2020, évoquant des « charges nouvelles », le parquet de Strasbourg avait rouvert le dossier de la disparition inexpliquée en 1987 de Françoise Hohmann avec l’ouverture d’informations judiciaires pour « séquestration arbitraire criminelle » et pour « recel de cadavre ». Le nom de Jean-Marc Reiser, l’assassin de l’étudiante Sophie Le Tan, était apparu dans le dossier de la disparition de la représentante de commerce, mais il avait été acquitté en 2001, faute de preuves.

Mais « de nouvelles recherches ont débuté » lundi, a indiqué, sans plus de détails sur leur nature, une source proche du dossier, confirmant une information de RTL. Une autre source proche du dossier a ajouté que ces fouilles, menées par l’Office central de la répression des violences aux personnes (OCRVP), dureraient « le temps qu’il faudra ». Selon les Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA), ces fouilles ont eu lieu dans l’appartement en rez-de-chaussée qu’occupait en 1987 Jean-Marc Reiser, dans l’ouest de Strasbourg.

Elle avait sonné à la porte de Reiser

Alors âgée de 23 ans, Françoise Hohmann n’a plus jamais donné signe de vie après avoir sonné à la porte de l’appartement de Jean-Marc Reiser. Ce dernier a été acquitté d’homicide volontaire en 2001 par la cour d’assises du Bas-Rhin, au bénéfice du doute. Le corps de la jeune VRP n’a jamais été retrouvé.

L’homme, désormais âgé de 61 ans, a été condamné à la perpétuité en juillet pour l’assassinat de Sophie Le Tan, une étudiante de 20 ans, dont il a démembré le corps découvert plus d’un an après sa disparition dans une forêt alsacienne.