20 Minutes : Actualités et infos en direct
ENQUÊTEMis en examen pour des photos d’armes dans son téléphone portable

Nord : Mis en examen pour des photos d’armes dans son téléphone portable

ENQUÊTEAprès avoir été hospitalisé sous contrainte, le passager d’une voiture volée, dont le conducteur avait été tué par un tir de policier, est mis en examen pour « association de malfaiteurs »
Un contrôle de police (illustration).
Un contrôle de police (illustration). - Camille Allain / 20 Minutes
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Le passager du véhicule dont le conducteur a été tué par un policier, fin août, à Neuville-en-Ferrain, après un refus d’obtempérer, a été mis en examen pour « association de malfaiteurs », a-t-on appris vendredi auprès du parquet de Lille.

Dans cette affaire, le policier auteur du tir mortel a été mis en examen le 31 août pour « violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner » et placé sous contrôle judiciaire.

Le passager, d’abord hospitalisé « sous contrainte », a ensuite été déféré au parquet « dans le cadre d’une procédure incidente », mis en examen et placé sous contrôle judiciaire, a indiqué le parquet.

Des photos d’armes sur son portable

« Une information judiciaire a été ouverte notamment du chef de participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un délit puni de dix ans d’emprisonnement », précise-t-il. « Les faits qui lui sont reprochés, ce sont des photos d’armes sur son téléphone portable, mais il n’y a aucun élément à ce jour établissant qu’il y ait eu une acquisition ou une cession d’armes », a-t-il ajouté.

Cet homme « a un handicap sérieux, il a été hospitalisé en psychiatrie pendant sa garde à vue et l’altération de son discernement a été établie pendant la garde à vue par un médecin », a-t-il souligné.

Le policier « assume pleinement son geste »

Dans la nuit du 30 août, un équipage de police avait voulu contrôler, vers 3h, les occupants de la voiture « munie de fausses plaques d’immatriculation », selon la procureure de Lille, Carole Etienne. Le conducteur, âgé de 23 ans, avait alors démarré « brusquement afin de s’y soustraire ». « Dans la fuite, un policier parvenait à ouvrir la portière côté conducteur afin d’extraire l’individu et faisait usage de son arme à une reprise », tuant le jeune homme, selon Carole Etienne.

Selon son avocate, Manon Dugast, le policier « assume pleinement son geste, convaincu qu’il n’a pas eu d’autre option ». Il a « été touché » par le véhicule, « il y a constatation médicale, il aurait pu être écrasé », a-t-elle dit à l’AFP.

« Pour nous il n’y a absolument pas une situation de légitime défense dans ce dossier » et « la mise en examen du policier le confirme pour l’instant », a relevé, vendredi, maître Alimi.

Sujets liés