Disparition de Tiphaine Véron : Les proches de la jeune femme lancent une pétition

DRAME La jeune femme a disparu depuis 2018 au Japon

20 Minutes avec AFP
Une affiche dans un magasin japonais pour tenter de retrouver Tiphaine Véron, disparue en 2018.
Une affiche dans un magasin japonais pour tenter de retrouver Tiphaine Véron, disparue en 2018. — DELETREE/SIPA

Tiphaine Véron a disparu le 29 juillet 2018 à Nikko, une cité touristique du nord-est du Japon. Quatre années après la disparition de la jeune femme, sa famille a lancé une pétition qui dénonce « l’inertie de la justice », révèlent nos confrères de France Bleu Poitou. Ils réclament la poursuite des recherches.

En 2018, alors âgée de 36 ans, Tiphaine Véron, épileptique, avait quitté son hôtel pour aller se promener, laissant derrière elle sa valise, son passeport et son programme de visites touristiques.

Une enquête qui piétine

Depuis bientôt quatre ans, les recherches effectuées par ses proches sur place n’ont rien donné, pas plus que les enquêtes judiciaires menées depuis Poitiers et au Japon, qui avait amené une équipe de policiers français à se rendre sur place en mai 2019. La justice française a ouvert une enquête à l’automne 2018 mais s’apprête à refermer le dossier.

Début juillet, la juge d’instruction en charge de l’enquête a annoncé avoir terminé ses investigations, provoquant un « choc » pour les proches de Tiphaine Véron. Il y a plusieurs mois, la juge d’instruction avait refusé de se rendre à son tour au Japon, un déplacement appuyé par le parquet et jugé « indispensable » par la famille. Ce refus avait été confirmé en décembre 2021 par la chambre de l’instruction de la cour d’appel Poitiers.

Le spectre du non-lieu

Dans leur pétition, les proches de la jeune femme estiment que la juge a « deux choix », « tout faire pour découvrir la vérité ou se laisser décourager ». « Signez cette pétition pour empêcher la justice française de commettre l’irréparable, » implore la mère de la disparue, à l’origine de la pétition qui a recueilli plus de 26.000 signatures ce vendredi.

La justice française s’apprête donc à prononcer un non-lieu. Mais les proches de Tiphaine Véron n’ont pas baissé les bras. Ils préparent un voyage au Japon où ils comptent se rendre accompagnés de détectives privés, assure France Bleu Poitou. De plus, si un non-lieu est prononcé, ils entendent interjeter appel. La cour d’appel de Poitiers devra alors trancher.