Traversées de la Manche : Un réseau international de passeurs de migrants démantelé

ENQUÊTE La police allemande est à l’origine d’un coup de filet qui a permis le démantèlement d’un important réseau de passeurs dans plusieurs pays européens, dont la France

20 Minutes avec AFP
— 
Pour la seule journée de mercredi, 36 migrants ont été secourus en Manche (illustration).
Pour la seule journée de mercredi, 36 migrants ont été secourus en Manche (illustration). — Marine nationale

Un coup de filet international a été lancé, mardi, dans cinq pays européens, dont l’Allemagne et la France, pour démanteler un réseau de passeurs de migrants vers la Grande-Bretagne, a annoncé la police allemande.

Ces passeurs organisaient des traversées clandestines de la Manche pour des migrants voulant rejoindre la Grande-Bretagne, selon le magazine allemand Der Spiegel. « Plusieurs perquisitions et arrestations » ont eu lieu dans plusieurs régions d’Allemagne, dont celle de Basse-Saxe, a précisé la police d’Osnabrück dans un communiqué.

Une opération simultanée dans cinq pays

Cette ville de l’ouest de l’Allemagne est considérée comme une grosse base arrière des réseaux de passeurs vers la Grande-Bretagne, avait indiqué en avril à l’AFP une responsable de la police aux frontières française.

Outre l’Allemagne et la France, des opérations de police étaient également en cours en Belgique, aux Pays Bas et en Grande-Bretagne, a ajouté la police allemande, précisant que « des centaines » de policiers étaient mobilisés à cette occasion.

Aucune autre précision n’a été fournie mais selon Der Spiegel, citant la police d’Osnabrück, ce réseau de passeurs, essentiellement des kurdes irakiens, aurait organisé, « ces 12 à 18 derniers mois » la traversée d’environ « 10.000 personnes sur des bateaux pneumatiques » vers la Grande-Bretagne. Interrogée par l’AFP, la police d’Osnabrück n’a pas confirmé ces informations.

Explosion des tentatives de traversées

Une responsable de la police française avait également assuré, en avril, que la communauté kurde irakienne était à l’origine du phénomène des « small boats », qui a émergé en 2019 et supplanté depuis les tentatives pour rejoindre la Grande-Bretagne par camions.

Les tentatives de traversées clandestines de la Manche par des migrants voulant rejoindre l’Angleterre ont explosé au premier semestre 2022. En 2021, ces tentatives de traversées, généralement par bateaux pneumatiques au départ du littoral nord de la France, avaient concerné 52.000 personnes et 28.000 migrants l’avaient réussie, selon la même source.