Compiègne : Prison ferme pour avoir posé une fausse bombe dans un square

PAS MALIN L’homme a affirmé ne pas avoir voulu « faire peur »

20 Minutes avec agence
— 
Les démineurs étaient intervenus après l'alerte donnée par un agent de la ville. Photo d'illustration.
Les démineurs étaient intervenus après l'alerte donnée par un agent de la ville. Photo d'illustration. — M.Libert/20 Minutes

Un homme de 44 ans comparaissait ce jeudi devant le tribunal judiciaire de Compiègne (Oise) pour des menaces de mort par l’intermédiaire d’un objet. Il avait déposé une fausse bombe artisanale dans un square de la ville le 23 février. Un agent municipal avait découvert l’engin et alerté les autorités, raconte Le Courrier picard.

Le périmètre avait été bouclé et des démineurs étaient intervenus. Le mis en cause a expliqué à son procès être tombé dans la drogue et l’alcool suite à une escroquerie. « J’ai fait une bêtise pour passer le temps. Je n’avais pas envie de faire peur », a assuré le quadragénaire.

Une fausse bombe inquiétante

Aucune trace de radicalisation n’avait été relevée chez lui. La procureure a cependant estimé que le dispositif factice ressemblait aux bombes artisanales des affaires terroristes. Le mis en cause a été condamné à dix-huit mois de prison, dont 12 avec sursis. Il devra également se soigner, trouver un emploi et réaliser 175 heures de travaux d’intérêt général.