Procès de Dino Scala : Le « violeur de la Sambre » condamné à 20 ans de réclusion criminelle

VERDICT Après trois semaines de procès, les jurés de la cour d’Assises de Douai ont reconnu Dino Scala coupable de 54 viols, tentatives de viol et agressions sexuelles et l’ont condamné à la peine maximale encourue, 20 ans de réclusion criminelle

Mikaël Libert
— 
Dino Scala, devant la cour d'assises de Douai, où il est jugé pour 56 faits de viols, agressions sexuelles et tentatives d’agressions sexuelles.
Dino Scala, devant la cour d'assises de Douai, où il est jugé pour 56 faits de viols, agressions sexuelles et tentatives d’agressions sexuelles. — AFP
  • Le « violeur de la Sambre » a été condamné à 20 ans de réclusion criminelle.
  • Dino Scala a été reconnu coupable de 56 de faits, commis sur une trentaine d’années.
  • D’autres faits, écartés de cette procédure, doivent faire l’objet de nouvelles investigations qui pourraient déboucher sur un second procès.

Ce vendredi après-midi, la cour d’assises de Douai, dans le Nord, a condamné Dino Scala, surnommé le « violeur de la Sambre », à la peine maximale qu’il encourait, soit 20 ans de réclusion criminelle. Il était jugé pour 56 faits de viols, agressions sexuelles et tentatives d’agressions sexuelles, commis entre 1998 et 2018, date de son interpellation.

Le procès était long, trois semaines, à l’image de la période pendant laquelle Dino Scala a sévi le long de la Sambre et à l’image du nombre de victimes à qui il a détruit la vie. Dix-sept viols, 12 tentatives de viol et 27 agressions ou tentatives d’agression sexuelle sur des femmes âgées de 13 à 48 ans pendant une période couvrant trois décennies. Si la culpabilité du « violeur de la Sambre » n’était remise en cause par personne, c’est en revanche le nombre de faits imputés à l’accusé qui a fait l’objet de débats. Quand le parquet général demandait sa condamnation pour 56 faits, le prévenu affirmait être innocent pour 16 d’entre eux.

Vers un second procès pour des faits écartés de cette procédure ?

Mais le jury d’assises a tranché, ce vendredi après-midi. Dans son verdict, il a reconnu Dino Scala coupable de la quasi-totalité des charges qui pesaient contre lui et l’a condamné à 20 années de réclusion criminelle avec une période de sûreté des deux tiers. Une décision qui suit en tout point les réquisitions du parquet général, lequel réclamait la peine maximale. Sur les 56 faits qui lui étaient imputés, il a néanmoins été acquitté d’un viol et d’une tentative de viol.

Reste que le « violeur de la Sambre » pourrait bien se retrouver de nouveau devant la justice. En effet, 14 faits avaient été écartés de cette procédure par le magistrat instructeur et doivent faire l’objet d’investigations supplémentaires qui pourraient bien conduire une seconde fois Dino Scala devant une cour d’assises.