Béziers : Le Conseil d'Etat suspend le projet de Jardins de la Méditerranée

ENVIRONNEMENT La plus haute juridiction administration a stoppé les travaux, en raison de l'absence, notamment, d'une étude d'impact du projet sur le domaine de Bayssan

Nicolas Bonzom
— 
Une bambouseraie (illustration)
Une bambouseraie (illustration) — FRILET/SIPA
  • Le Conseil d’Etat a stoppé les travaux des Jardins de la Méditerranée, au domaine de Bayssan, à Béziers, après un recours de France Nature Environnement.
  • Dans ce vaste parc, sur le thème de la Nature, est prévu de grands parcs paysagers, un Pavillon des vins, une bambouseraie, un aquarium ou une grande serre.
  • De son côté, le département n’a l’intention de mettre ce projet de parc au placard.

A Béziers (Hérault), le chantier des Jardins de la Méditerranée est à l’arrêt. Saisi par France Nature Environnement, le Conseil d’Etat a suspendu ce projet de parc sur le thème de la nature, estimant qu’il nécessite la réalisation d’une étude d’impact, et d’une consultation des citoyens. L’association de défense de l’environnement avait porté l’affaire devant la plus haute juridiction administrative après avoir été déboutée, en novembre 2020, par le tribunal administratif de Montpellier.

« Nous vivons un effondrement écologique planétaire et nous avons des procédures réglementaires qui, précisément, visent à limiter les dégâts, et à développer la démocratie participative, car nous ne pouvons pas nous permettre de continuer à fonctionner comme il y a trente ans, confie Simon Popy, président de France Nature Environnement dans la région. Le département de l’Hérault se comporte comme s’il était au-dessus des lois environnementales. Ce type de dérive doit être empêché. »

« Sous l’appellation romantique de "Jardins", se cachent plusieurs attractions en dur »

Sur ce site d’une trentaine d’hectares, situé en bordure de l’autoroute, sur le domaine de Bayssan, le département de l’Hérault prévoit depuis plusieurs années d’ouvrir au public « un espace exceptionnel de loisirs et de biodiversité », indique-t-il, sur son site. Avec de grands parcs paysagers, un Pavillon des vins, une bambouseraie ou une grande serre. France Nature Environnement pointe les dérives écologiques du projet.

« Sous l’appellation romantique de "Jardins", indique l’association environnementale, se cachent plusieurs attractions en dur : un restaurant autour d’un patio, un pavillon des vins, un phare de plus de 30 mètres de haut, l’aquarium, un dôme de réalité virtuelle, diverses allées, et bien sûr les sanitaires et divers locaux techniques qui permettront d’accueillir 300.000 visiteurs par an, déplore l’association. Le tout serait inséré dans un ensemble d’aménagements paysagers qui artificialiserait une des rares zones de forêt naturelle et de garrigue subsistant dans ce secteur déjà très artificialisé. »

« Les bâtiments ne représenteront que 0,6 hectare d’emprise au sol »

Quant à la bambouseraie, pointe France Nature Environnement, elle serait « consommatrice d’eau dans une zone particulièrement sèche et ventée ». « Plutôt que de valoriser la biodiversité très riche et très menacée déjà présente dans notre région, le Conseil Départemental fait le choix d’un projet « à l’ancienne », où la préoccupation écologique est au second plan malgré le vernis paysager », déplore l’association.

De son côté, le département n’a l’intention de mettre ce projet de parc au placard. Pour se conformer à la décision du Conseil d’Etat, la collectivité indique qu’elle va mener une nouvelle procédure d’autorisation environnementale « qui devrait durer 18 mois ».

« Pour rappel, les Jardins de la Méditerranée, d’une surface globale de 29 hectares sont composés de 10 ha de bois qui resteront inchangés, de 3 ha de vignes déjà plantés et de 16 ha de jardins, indique le département. Les bâtiments ne représenteront que 0,6 ha d’emprise au sol : l’accueil, le restaurant, le pavillon des vins et un aquarium. A terme, est aussi prévu « un dôme immersif pouvant accueillir jusqu’à 200 personnes ». « Le département, assure-t-il, est pleinement engagé dans une démarche de valorisation environnementale de ce site avec pour objectif d’offrir aux Héraultais un écrin de nature, de loisirs et de découvertes. » Mais avant que l’on puisse se balader dans un labyrinthe de vignes, à Bayssan, cela risque de prendre du temps.