Haute-Savoie : Un à trois ans de prison ferme pour avoir volé des grands crus dans des restaurants prestigieux

CAMBRIOLAGE Trois hommes, originaires de la banlieue lyonnaise, ont été condamné mardi, à Annecy, à des peines de prison pour avoir cambriolé plusieurs restaurants prestigieux et dérobé leurs bouteilles de vin

C.G. avec AFP
— 
Des bouteilles de vin dans une cave (illustration).
Des bouteilles de vin dans une cave (illustration). — Paul Cooper / Rex Featu/REX/SIPA
  • Des peines d’un an à trois ans de prison ferme ont été prononcées à l’encontre de trois cambrioleurs.
  • Ils étaient jugés devant le tribunal correctionnel d’Annecy pour avoir volé de prestigieuses bouteilles dans des restaurants de renom.
  • Six établissements ont été cambriolés entre novembre 2017 et février 2018 dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Quatre hommes ont été condamnés mardi à des peines allant d’un an à trois ans de prison ferme par le tribunal correctionnel d’Annecy (Haute-Savoie). Ils étaient jugés pour avoir volé des grands crus dans des restaurants, parmi lesquels l’Auberge du Père Bise, deux étoiles au Guide Michelin.

L’établissement du chef Jean Sulpice, situé à Talloires au bord du lac d’Annecy, avait été visité dans la nuit du 6 au 7 février 2018. Les malfaiteurs étaient repartis avec plus de 300 bouteilles de grands crus, d’une valeur d’environ 400.000 euros.

L’enquête, qui s’est notamment appuyée sur la vidéosurveillance et une surveillance téléphonique, avait permis d’effectuer des rapprochements avec d’autres vols similaires commis en Rhône-Alpes : six établissements ont été ciblés entre novembre 2017 et février 2018, principalement en Haute-Savoie, mais aussi en Isère et dans le Rhône.

Des bouteilles dépassant parfois les 2.000 euros

Les cambrioleurs, trois hommes âgés de 30 à 40 ans, sont originaires de la banlieue lyonnaise. Des profils marqués par « un ancrage dans la délinquance », a exposé le vice-procureur Fouad Messai, en dressant la liste des nombreuses condamnations inscrites à leurs casiers judiciaires, mais aussi de « grands joueurs » notamment adeptes des parties de cartes.

Ces individus se livraient à « des périples la nuit pour "casser" des restaurants pour ramener des vins et écouler ces grands crus par l’intermédiaire d’une personne », a décrit le magistrat, en évoquant « des bouteilles qui ont pour certaines une valeur dépassant les 2.000 euros ». En avril 2018, 154 bouteilles et environ 25.000 euros en liquide avaient notamment été retrouvés à l’un des domiciles perquisitionnés lors de l’enquête.

« Pieds nickelés »

« Il n’y avait aucune préparation. On était plus proches des pieds nickelés que des professionnels pour lesquels on voudrait nous faire passer », a déclaré à la barre l’un des cambrioleurs, qui avait été reconnu sur des images du restaurant L’Ambroisie à Saint-Didier-de-la-Tour (Isère) en raison de sa cicatrice au visage.

Deux autres prévenus ont nié leur implication dans les vols, se bornant à parler des autres membres du groupe comme de « connaissances du quartier ». Tout comme un quatrième, qui a été relaxé par le tribunal.

Quant au revendeur, habitant également le secteur de Lyon, il rachetait des stocks de vin sur Internet « de façon non professionnelle » avant les faits. Cet « expert » a été « grisé par la passion qui est la sienne », d’après son avocat, Tristan Jannot, en se retrouvant « en possession de bouteilles d’exception », qu’il a proposées à des amis et des professionnels du vin. L’homme de 46 ans a été condamné à sept mois ferme pour recel, peine qu’il effectuera sous bracelet électronique.