Toulouse : Il vole le collier du chat, le trackeur GPS le conduit tout droit en prison

CHAT ALORS Un cambrioleur a été condamné à huit mois de prison ferme à Toulouse. C’est un collier connecté de chat qui a conduit les gendarmes jusqu’à lui

Marie-Dominique Lacour
Le chat va bien. (Illustration)
Le chat va bien. (Illustration) — Mackenzie Kilmer - Canva
  • Un homme de 31 ans a dérobé deux voitures ainsi qu’une multitude d’objets à un jeune couple récemment arrivé dans la région. Les gendarmes l’ont rapidement retrouvé grâce à un trackeur GPS intégré à un collier de chat, qu’il avait emporté.
  • Les faits se sont produits samedi 28 mai à Cintegabelle, à la limite de la Haute-Garonne et de l’Ariège.
  • Le voleur, déjà condamné deux fois pour des faits similaires, a été condamné mardi à huit mois de prison ferme avec maintien en détention.

A cause d’un collier, on lui a passé les bracelets. Un homme de 31 ans a été jugé mardi devant le tribunal de Toulouse pour des vols avec effraction. Les victimes, un jeune couple venu d’une autre région, résidaient temporairement dans une caravane du côté de Cintegabelle en attendant de choisir l’endroit de leur installation définitive. Après s’être absentées samedi dernier en début d’après-midi, elles ont eu la mauvaise surprise de constater à leur retour que leurs deux voitures avaient disparu ; pire, leur caravane avait été fracturée, cambriolée et aspergée de produit vaisselle pour masquer les traces.

Mais le voleur aurait mieux fait d’être moins gourmand. Non content d’avoir dérobé, entre autres, une console de jeux, un casque audio, des carnets de chèques et de l’argent liquide, il a choisi d’emporter… le collier du chat, qui disposait d’un système de géolocalisation. Le dispositif a conduit directement les gendarmes à l’aire d’accueil des gens du voyage de Saverdun, en Ariège, à quelques kilomètres de là. L’homme, qui y réside, a été cueilli en possession de tous les objets volés, à l’exception d’une des deux voitures.

Un chien aurait pu être la troisième victime

Grâce à un autre animal de compagnie, une femme a apporté à l’enquête un témoignage confondant : après qu’une voiture a « failli écraser son petit chien » dans le secteur et à l’heure des faits, elle a noté la plaque du chauffard et a indiqué l’avoir vu faire des « allées et venues » suspectes. La description de l’homme correspondait au voleur et cet autre véhicule, une Clio grise, sera également retrouvé chez lui.

Le cambrioleur a nié tous les vols à la barre, affirmant n’être qu’un receleur. Mais malgré la fervente plaidoirie de son avocat Eric Mouton, les juges ont déclaré l’homme coupable. Déjà condamné deux fois pour vol et violences, il est reparti menotté après avoir écopé d’un an de prison dont huit mois ferme.

De quoi alléger la détresse des deux plaignants. Mais leur situation reste précaire : à la suite de la destruction de la porte de leur caravane, ils ont dû trouver seuls une solution pour se reloger. Leur seconde voiture est toujours portée disparue. « On n’a plus de chez nous », a confié la jeune femme, en larmes pendant l’audience. Même si le chat leur a permis d’alléger l’addition, il leur faudra du temps pour récupérer de cet épisode traumatisant.