Philippe Marini, maire LR de Compiègne, en garde à vue dans un dossier de corruption

ENQUETE L'affaire porte sur l'attribution d'un marché public dans le secteur du traitement des déchets

20 Minutes avec AFP
— 
Philippe Marini en 2013.
Philippe Marini en 2013. — WITT/SIPA

C'est une affaire de corruption et de favoritisme en lien avec... La gestion des déchets. Le maire LR de Compiègne (Oise) et ex-sénateur Philippe Marini a été placé en garde à vue mardi avec cinq autres personnes dans le cadre d'une enquête, a-t-on appris de source proche du dossier.

Philippe Marini a été placé en garde à vue à 9 heures dans cette affaire portant sur l'attribution d'un marché public dans le secteur du traitement des déchets, a-t-on ajouté de même source, confirmant une information du Parisien. L'ancien président de la commission des Finances du Sénat est entendu par les gendarmes de la section de recherches de Paris, dans le cadre d'une information judiciaire ouverte pour «favoritisme», «corruption», «prise illégale d'intérêts» et «entente illicite».

Un marché de 36 millions d'euros

Parmi les cinq autres personnes en garde à vue figure le patron de l'entreprise Paprec, qui avait, selon le Parisien, remporté en 2017 un marché portant sur la construction d'un centre de tri de déchets pour un montant évalué à 36 millions d'euros.

Dans le cadre de la même enquête, des perquisitions avaient été réalisées en mai 2021 dans les locaux de l'Agglomération de la région de Compiègne et au domicile de Philippe Marini. Contactée mardi par l'AFP, la mairie de Compiègne n'a pas souhaité faire de commentaire.