Uber Eats : Amende pour la cliente qui avait traité un livreur d'« esclave », à Laval

RACISME Le tribunal de Laval a condamné une femme à une amende de 1.000 euros, lundi

J.U.
— 
Des livreurs Uber Eats à Nantes (illustration
Des livreurs Uber Eats à Nantes (illustration — Sebastien SALOM-GOMIS

L’affaire, survenue il y a un an, avait fait grand bruit. Lundi, une femme a été condamnée à 1.000 euros d’amende par le tribunal de Laval pour avoir proféré des insultes racistes envers un homme, alors livreur chez Uber Eats, rapporte le journal Ouest France. Originaire de Guinée Conakry, le trentenaire, choqué, avait décidé de porter plainte après avoir reçu un message sur son téléphone, lequel disait : « Dépêche-toi esclave. Je vais te donner un centime, tu ne mérites que ça. » Il avait reçu le soutien de son employeur, d’associations ou encore du maire de Laval.

La prévenue, âgée de 18 ans, se trouvait à Paris lorsqu’elle avait utilisé son compte Uber Eats pour passer commande pour un ami, qui se trouvait en Mayenne. Absente à l’audience, elle avait confié lors de l’enquête n’avoir que très peu de souvenirs de la soirée, et avait tenté de rejeter la faute sur un jeune homme avec qui elle se trouvait ce soir-là, qui aurait utilisé son téléphone. Des arguments qui n’ont pas convaincu le tribunal.

La jeune femme a été condamnée pour « injure non publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion », rapporte le quotidien. Le livreur, lui, a depuis changé de métier.