Lyon : Un chanteur de cabaret jugé pour avoir drogué, tué et brûlé de sa compagne danseuse

PROCES Mikael Corcessin-Dervin, 41 ans, est accusé d'avoir drogué puis tué sa compagne, avant d'avoir brûlé son corps dans une voiture. La victime avait été retrouvée le 16 juin 2018 au sud de Lyon

C.G. avec AFP
— 
La cour d'assises du Rhône.
La cour d'assises du Rhône. — JEFF PACHOUD / AFP
  • Le 16 juin 2018, le corps d’Aline Sepret avait été retrouvé carbonisé dans une voiture à Taluyers, au sud de Lyon.
  • Les soupçons se sont rapidement portés sur son compagnon, Mikael Corcessin-Dervin, un chanteur de cabaret à la carrière stoppée par un accident.
  • Il sera jugé à partir de mardi devant la cour d’assises du Rhône.

Un chanteur de cabaret comparait à partir de mardi pour assassinat devant la cour d’assises du Rhône, accusé d’avoir drogué et tué sa jeune compagne danseuse, dont le corps calciné avait été découvert dans sa voiture le 16 juin 2018 à Taluyers, au sud de  Lyon.

Mikael Corcessin-Dervin, 41 ans, avait commencé par signaler la disparation d’Aline Sepret, indiquant aux enquêteurs qu’elle était partie de leur maison dans la soirée pour lui faire une surprise. La victime avait été découverte quelques heures plus tard dans sa voiture incendiée, sur un chemin de campagne, à proximité de chez eux.

Confondu par son comportement suspect, et notamment l’envoi de faux SMS à partir du téléphone de sa compagne pour faire croire à des échanges, l’intéressé a évoqué, dans un premier temps, une chute accidentelle, dans l’escalier de leur maison, avant de reconnaître qu’il avait pu avoir un geste volontaire, mais sans intention de lui donner la mort.

Gentil et attentionné ou manipulateur et affabulateur ?

Dans l’une de ses déclarations, il avait affirmé avoir brûlé le corps de son amie pour respecter sa volonté d’être incinérée, selon l’acte d’accusation.

Certains le décrivent comme un homme gentil et attentionné, mais d’autres comme un manipulateur, inventant des histoires où il se donnait souvent un rôle de victime. Son couple était harmonieux selon certains, mais perturbé par ses infidélités, selon d’autres.

La santé du chanteur s’était dégradée après un accident de voiture. Sa voix en avait été altérée et il avait cessé de travailler. Pour les psychiatres, cette situation avait pu contribuer à une blessure narcissique, pouvant favoriser colère et frustration.

Les enquêteurs de la section des recherches de la gendarmerie de Lyon ont retrouvé une substance médicamenteuse sédative dans le siphon de l’évier, correspondant aux analyses du corps de la victime. Ce qui laisse supposer au juge d’instruction la possibilité d’une préméditation : endormir sa compagne pour la tuer en brûlant le corps.

Coup à la tête un mois avant

« Les analyses toxicologiques réalisées sur la victime ont établi la présence d’amitriptyline, molécule de nature à altérer la vigilance et les mécanismes réflexes, et ce d’autant lorsqu’elle est associée à une consommation d’alcool et consommée par une personne non habituée », indique le juge dans l’ordonnance de renvoi. Ce dernier s’est aussi interrogé sur un précédent épisode de leur vie de couple. Début mai 2018, un mois avant le crime présumé, Aline Sepret avait reçu un violent coup sur la tête, dans son lit, en pleine nuit. La jeune danseuse avait envoyé à une amie des photos de son visage avec un bandage sur la tête.

Selon l’accusation il pourrait s’agir d’une première tentative d’agression, d’autant que Mikael Corcessin avait effectué des recherches sur Internet, avec les mots-clés : « frappe à la tête ». Ce qu’il a toujours nié. Le verdit de la cour d’assises du Rhône est attendu vendredi.