Attentats de Mohamed Merah : L’homme qui avait fourni une arme au terroriste a été expulsé vers l’Algérie

EXPULSION Condamné à dix ans de prison en 2019 pour avoir fourni une arme et un gilet pare-balles à Mohamed Merah, Fettah Malki a été expulsé vers son pays d’origine, l’Algérie, au début du mois. Un dossier suivi de près par Jean Castex

B.C.
— 
Centre de retention administrative de Cornebarrieu Direction Departementale de la Police aux Frontieres.
Centre de retention administrative de Cornebarrieu Direction Departementale de la Police aux Frontieres. — Alexandre GELEBART/REA

Jean Castex en avait fait une affaire personnelle et a mené à bien ce dossier avant de quitter Matignon. L’ancien Premier ministre a œuvré à plusieurs reprises pour faire aboutir l’expulsion de Fettah Malki vers l’Algérie, son pays d’origine qu’il a quitté lorsqu’il avait 10 ans. Et le 3 mai, moins de quinze jours avant sa démission, celui qui a écopé d’une peine de dix ans pour avoir fourni un pistolet-mitrailleur et un gilet pare-balles au « tueur au scooter », Mohamed Merah, a quitté le territoire français indique L'Opinion.

Ce dernier, qui a toujours nié connaître les intentions meurtrières de son ami d’enfance, avait été libéré en août dernier après avoir purgé sa peine, avant d’être placé une première fois en centre de rétention. Mais ses avocats ayant déposé un recours contre la procédure d’expulsion, il avait été assigné à résidence.

Une assignation qu'il avait transgressée le 16 novembre en se rendant dans le quartier des Izards, à Toulouse, pour rendre visite à des proches. Six jours plus tard, il avait été condamné à trois mois de prison ferme par le tribunal correctionnel et écroué à la maison d’arrêt de Seysses. Depuis, les autorités françaises étaient montées au créneau à plusieurs reprises sur la question du retour des ressortissants expulsés dans leur pays d’origine, et de Fettah Malki en particulier.