Rennes : Quatre ans de prison pour avoir agressé et extorqué des prostituées

TRIBUNAL Les deux individus étaient jugés en comparution immédiate, vendredi, devant le tribunal correctionnel de Rennes

J.G.
— 
Illustration d’une salle d’audience du tribunal correctionnel de Rennes.
Illustration d’une salle d’audience du tribunal correctionnel de Rennes. — Camille Allain / 20 Minutes

Deux hommes étaient jugés vendredi en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Rennes pour avoir agressé des prostituées avec une arme afin de les extorquer, rapporte Ouest-France. L’affaire remonte au 24 janvier. Ce soir-là, les policiers ​étaient intervenus dans le quartier de la Courrouze pour des coups de feu entendus dans un appartement. Sur place, les agents avaient retrouvé deux femmes en état de choc, expliquant qu’elles se prostituaient et qu’elles avaient été agressées par un client armé.

Accompagné d’un ami, ce dernier aurait pris rendez-vous via une annonce en ligne. A peine arrivé dans l’appartement, il aurait posé son arme, de type airsoft, sur la tempe d’une des prostituées, exigeant qu’elle lui remette tout l’argent en sa possession. La femme avait alors tenté de désarmer son agresseur, et une bagarre avait éclaté. Alertée par les cris de son amie, l’autre femme lui était venue en aide, frappant l’individu à l’aide d’un portemanteau. Deux coups de feu avaient alors été tirés dans le vide, avant que les deux hommes prennent la fuite.

Plus de 150 prostituées contactées

Rapidement, les enquêteurs avaient fait le lien avec une agression similaire survenue à Fougères (Ille-et-Vilaine). Dans les mêmes circonstances, une prostituée avait été contrainte de remettre 4.000 euros en liquide ainsi que des bijoux et deux téléphones à deux hommes armés. Les deux suspects avaient finalement été interpellés grâce à des images de caméras de vidéosurveillance.

En épluchant la ligne téléphonique de l’un d’entre eux, les enquêteurs avaient découvert qu’il avait contacté plus de 150 prostituées dans le Grand-Ouest en quelques semaines. Les deux individus ont été condamnés à quatre ans de prison.