Crise des opiacés : Comment un cadre de McKinsey a dû subir une audition (très) musclée

EMPOISONNEMENT Ce dimanche, Brut, partenaire de « 20 Minutes », découvre « l’autre affaire McKinsey »

20 Minutes avec Brut
— 
L'OxyContin, un anti-douleur aux opiacés, est fabriqué par la laboratoire Purdue Pharma.
L'OxyContin, un anti-douleur aux opiacés, est fabriqué par la laboratoire Purdue Pharma. — Toby Talbot/AP/SIPA

Si les Français n’ont découvert le cabinet de conseil McKinsey qu’après que le recours du gouvernement Macron à sa filiale française eut été jugé trop coûteux, cette entité a déjà été mise en cause aux États-Unis dans le cadre de la « crise des opiacés ». Et c’est d’ailleurs pour cette affaire qu’un des cadres de la société vient d’être violemment interpellé par la députée Rashida Tlaib devant le congrès américain.

McKinsey/Big Pharma pire que Pablo Escobar ?

La représentante démocrate a en effet demandé à Bob Sternfels, directeur associé de McKinsey & Company, de lui expliquer « la différence entre McKinsey/Big Pharma, le cartel des opiacés et les organisations telles que celles de Pablo Escobar » ! Et à ceux que surprendrait cette – audacieuse – comparaison avec l’un des plus gros narcotrafiquants de tous les temps, la députée a fourni des preuves de l’implication du cabinet de conseil dans « l’empoisonnement » de femmes enceintes à qui de l’OxyContin (un médicament antidouleur) avait été prescrit.

Assistez à son vigoureux plaidoyer dans cette vidéo de notre partenaire Brut.