Grenoble : Une enquête ouverte à la suite d’une lettre anonyme mettant en cause Nordahl Lelandais dans une troisième affaire de meurtre

ENQUETE Le parquet de Grenoble confirme avoir confié une enquête aux gendarmes afin de savoir si Nordahl Lelandais, dénoncé dans une lettre anonyme, était lié à la mort de Loïc Guérin en 2012

L.M et C.G
— 
Nordahl Lelandais lors du procès pour le meurtre d'Arthur Noyer .
Nordahl Lelandais lors du procès pour le meurtre d'Arthur Noyer . — Marie WILLIAMS / AFP

Nordahl Lelandais aurait-il tué Loïc Guérin en 2012, avant de commettre les meurtres d’Arthur Noyer et Maëlys de Araujo, cinq ans plus tard ? A ce stade, rien ne permet de l’affirmer. Le parquet de Grenoble a toutefois confirmé, ce jeudi, avoir ouvert une enquête afin de déterminer si l’ancien militaire avait un lien avec la mort de cet homme de 42 ans, atteint d’autisme. Elle a été confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Grenoble.

C’est l’hebdomadaire Marianne qui a révélé l’affaire. Une lettre anonyme a été envoyée à l’association Assistance et recherche de personnes disparues (ARPD) pendant le procès du meurtre de Maëlys. Elle a été rédigée par un ancien copain de Lelandais. L’auteur, qui n’a pas dévoilé son identité, explique avoir été témoin d’une scène étrange, dans laquelle son ami s’est mis à traquer une personne « bizarre », en plein cœur du massif de la Chartreuse et à l’aide de ses trois chiens.

Voyant l’individu marcher au milieu de la route, ce jour-là, Lelandais se serait arrêté pour descendre de sa voiture et l’insulter. Pris de panique, l’homme serait parti en courant dans une forêt, pourchassé par l’ancien maître-chien et ses animaux. L’anonyme prétend avoir attendu un long moment, avant de voir revenir Nordahl Lelandais seul.

A l’époque, Loïc Guérin, qui était porté disparu de son foyer, avait été retrouvé sans vie au pied d’une falaise. Les enquêteurs avaient conclu à une « mort accidentelle ».