Disparition de Martine Escadeillas à Toulouse : Le meurtrier présumé sera jugé en juillet 2022, 35 ans après

COLD CASE Joël Bourgeon, père de famille tranquille rattrapé par son passé, sera jugé du 1er au 6 juillet pour le meurtre en 1986 Martine Escadeillas, dont le corps n’a jamais été retrouvé

20 Minutes avec AFP
— 
Martine Escadeillas a disparu le 8 décembre 1986 à Ramonville, près de Toulouse.
Martine Escadeillas a disparu le 8 décembre 1986 à Ramonville, près de Toulouse. — AFP

« Un cold case très singulier à bien des égards », que celui de la disparition de Martine Escadeillas, reconnaît l’avocat de la famille de cette jeune femme de 24 ans, disparue le 8 décembre 1986 de son appartement de Ramonville, dans la banlieue de Toulouse. Mais dont l’épilogue s’approche enfin puisque le procès du meurtrier présumé de la secrétaire aura lieu du 1er au 6 juillet devant la Cour d’assises de Haute-Garonne.

Dans le box, Joël Bourgeon, un père de famille apparemment sans histoire, proche à l’époque des faits de la disparue et de son petit ami. Il a été interpellé en 2019 en Isère par les gendarmes de la section de recherches de Toulouse. Le suspect a d’abord reconnu sa responsabilité, évoquant un dépit amoureux, avant de revenir sur ses aveux.

Le suspect s’est rétracté

« Je rappelle que nous n’avons pas de corps, pas de mobile, pas d’ADN, et le seul témoin disculpe Joël. Cet homme jamais condamné est un père de famille qui, de surcroît, a toujours travaillé », avait rappelé Eric Mouton, l’avocat du suspect en janvier alors qu’il demandait, en vain, la libération de son client placé en détention préventive dans l’attente du procès.

Martine Escadeillas n’a plus jamais donné signe de vie. Seules des traces de sang ont été retrouvées dans l’escalier et dans le sous-sol de son immeuble.