Nice : Prison avec sursis pour un médecin de famille qui a agressé sexuellement sa patiente

DECISION Un médecin généraliste niçois de 57 ans a agressé sexuellement sa patiente d’une trentaine d’années, qu’il suivait depuis son adolescence. Il a été condamné à un an de prison avec sursis et peut continuer d’exercer

E.M.
Le tribunal correctionnel de Nice (Illustration)
Le tribunal correctionnel de Nice (Illustration) — E. Martin / ANP / 20 Minutes
  • En 2014, un médecin de famille a agressé sexuellement sa patiente qu’il suivait depuis dix-huit ans.
  • Elle a porté plainte, un enregistrement audio à l’appui.
  • Il a été condamné à un an de prison avec sursis, 4.000 euros de préjudice moral mais peut toujours exercer malgré la requête de la procureure de la République lors de son jugement.

Le tribunal de Nice vient de condamner un médecin​ généraliste de 57 ans à un an de prison avec sursis et 4.000 euros de préjudice moral. Il était poursuivi pour « agression sexuelle par personne abusant de l’autorité que lui confère sa fonction » selon une information de Nice-Matin. En 2014, il a agressé sexuellement sa patiente d’une trentaine d’années lors d’une consultation.

Ce médecin de famille suivait la jeune femme depuis son adolescente. Elle se rendait régulièrement à son cabinet pour renouveler ses ordonnances pour un traitement pour des migraines invalidantes qu’un autre praticien lui avait prescrit. Le médecin niçois avait fortement augmenté le dosage de ce traitement, qui contenait de la morphine. La patiente, enceinte, était devenue dépendante. Son bébé avait dû être désintoxiqué à sa naissance.

Le médecin peut continuer d’exercer

Trois mois après l’accouchement de la trentenaire, le professionnel de santé lui a caressé le bras, et a « plongé sa tête dans [sa] poitrine, puis l’a embrassée », a-t-elle raconté, selon le quotidien régional, lors de l’audience. « Il a mis la main dans mon pantalon, entre mes fesses, le plus loin possible. Il m’a alors basculée sur la table », continue-t-elle en précisant qu’elle l’a repoussé mais qu’il a tenté de la coincer derrière le bureau, avant qu’elle puisse finalement s’échapper.

La victime a déposé plainte six ans plus tard, un enregistrement audio à l’appui, toujours selon Nice-Matin. Aujourd’hui, cette agression la plonge toujours dans un état dépressif. Son agresseur s’est « défendu » à la barre en évoquant « un coup de foudre unilatéral », « une forme d’amitié », relate le journal local. Ce que la jeune femme nie complètement en assurant qu’il n’était « que » le généraliste de la famille malgré « une confiance » qu’elle lui portait. Malgré sa condamnation, le praticien pourra continuer d’exercer. La procureure de la République avait requis deux ans avec sursis, une interdiction d’exercer en cabinet libéral et une inscription au Fichier des auteurs d’infractions sexuelles (Fijais).