Marne : Le maire d’un village attaque l’Etat pour pollution radioactive

EXPERIENCES Jusqu’en 2013, des détonateurs de bombes atomiques étaient testés à Pontfaverger-Moronvilliers

20 Minutes avec agence
— 
Un avocat (illustration).
Un avocat (illustration). — Jean-Marc Quinet/ISOPIX/SIPA

Damien Girard, le maire (SE) de Pontfaverger-Moronvilliers (Marne) a attaqué l' Etat, vendredi, devant le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne. L’élu demande que soit retiré le secret-défense autour d’un site appartenant à l’armée, rapporte France 3 Grand Est. Sur celui-ci, le Commissariat à l’énergie atomique (CEA, devenu Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives en 2010), qui a quitté les lieux en 2013, a réalisé des expérimentations pendant plusieurs années.

Ces tests consistaient à éprouver les détonateurs des bombes atomiques. Le maire craint que cette activité ait pu polluer les sols par la radioactivité. Les structures du CEA ont été retirées, mais jamais le maire n’a eu accès aux mesures de radioactivité qui ont pu être faites. Il aimerait en réaliser de manière indépendante ; mais le site où sont entreposées 2,7 t d’uranium est très surveillé.

« On attend que l’État reconnaisse la pollution des sols »

« Il y a 10-15 ans, on nous faisait croire que c’était des explosions pyrotechniques avec des métaux. Mais ce n’était pas de la poudre noire et un peu de plomb », a déclaré le maire à nos confrères. « C’était du béryllium, de l’uranium, du tritium. Et aujourd’hui, on trouve même des traces de plutonium. On attend que l’Etat reconnaisse la pollution des sols. » Le tribunal administratif rendra sa décision le 1er avril.