Nice : L’ancien chef de la police municipale condamné pour avoir indûment perçu 230.000 euros

DECISION Richard Gianotti continuait à percevoir son traitement de commandant de la police nationale alors qu’il était détaché de ce poste pour assurer la direction de la police municipale de Nice

F.B.
— 
Richard Gianotti (2e en partant de la gauche), le 29 octobre 2020 à Nice, aux côtés de Christian Estrosi et d'Anthony Borré, son premier adjoint
Richard Gianotti (2e en partant de la gauche), le 29 octobre 2020 à Nice, aux côtés de Christian Estrosi et d'Anthony Borré, son premier adjoint — Ville de Nice

Fin octobre 2021, son bureau à la mairie de Nice ainsi que son domicile étaient perquisitionnés. Et il était immédiatement suspendu par la municipalité. Visé par une enquête pour « concussion », Richard Gianotti, l’ancien directeur de la police municipale niçoise, vient d’être condamné à quatre mois de prison avec sursis, 40.000 euros d’amende sans inscription sur son casier judiciaire, a indiqué à 20 Minutes le procureur de la République, confirmant une information de Nice-Matin.

En clair, l’ex-patron de la première police municipale de France, qui était rémunéré par la collectivité locale pour laquelle il travaillait, en détachement, depuis 2017, avait continué à percevoir, en parallèle, son salaire de commandant de police nationale. Soit 230.000 euros qui ont depuis été intégralement récupérés par l’Etat.

Une condamnation sans procès

Il a été jugé dans le cadre d’une procédure de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, évitant ainsi la tenue d’un procès en correctionnelle.

Selon Nice-Matin, Richard Gianotti avait expliqué pour sa défense avoir signalé l’erreur au ministère de l’Intérieur sans que cela produise le moindre effet.